Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    La maison en carton des néo-festivaliers

    Ces logements de fortune vont bannir à tout jamais les tentes en nylon.

    A la fin de chaque festival, de nombreux visiteurs abandonnent leurs tentes à leur sort. Un calvaire pour les organisateurs qui se retrouvent avec des déchets non-recyclables sous les bras. Heureusement, une start-up néerlandaise a trouvé une solution au problème : la KarTent.

    Une solution qui satisfait les deux parties prenantes de ce genre d’évènements. Tandis que les organisateurs n’ont plus à se soucier de l’état du terrain à la fin du festival, les participants n’ont plus besoin de se préoccuper de l’installation complexe d’une tente Quechua. A la fin de leur utilisation, les KarTent sont envoyées à l’industrie de recyclage pour être transformées en papier ou en nouvelles tentes.

    Pour deux ou plusieurs personnes, les tentes comportent toutes des fenêtres pop-out et un revêtement imperméable. Plus qu’une simple solution liée au développement durable, les organisateurs peuvent également utiliser ces nouveaux abris comme supports publicitaires.

    Les bidonvilles aux Vieilles Charrues ou à Rock en Seine, c’est terminé.

    Vous aimerez aussi

    Portraits

    Utilisation des cookies

    Découvrez comment fonctionnent les cookies et comment changer vos paramètres. Si vous continuez à utiliser notre site sans changer vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies sur notre site.

    Votre vote a bien été pris en compte. Revenez demain pour voter à nouveau. Pour savoir si votre candidat préféré fait partie des 5 projets sélectionnés pour le Grand Oral, abonnez-vous à la page Facebook de Détours.

    Votre vote a déjà été pris en compte pour ce projet. Revenez demain pour voter à nouveau.