Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    La Corée, le pays des tendances

    Longtemps éclipsée par son voisin japonais pour tout ce qui concerne le design et les arts, la Corée du Sud se dresse aujourd’hui comme chef de tendances dans la région

    C’est un pays qui en une quarantaine d’années est passé d’une réalité rurale à un univers ultra connecté dédié aux nouvelles technologies (sa capitale, Seoul, est la ville la plus connectée au monde). Longtemps éclipsée par son voisin japonais pour tout ce qui concerne le design et les arts, la Corée du Sud se dresse aujourd’hui comme chef de tendances dans la région.

    Tout d’abord par sa culture pop, l’hallyu, dont les groupes musicaux font crier les adolescents de l’Asie entière, mais aussi par une effervescente vie artistique. C’est celle-ci que dessine l’Année France-Corée, en s’articulant au l’Année France-Corée, en s’articulant autour d’un vaste programme d’événements à Paris mais aussi à Lyon, Marseille ou Lille. « Une attention première à la création et à l’innovation, un intérêt pour le patrimoine mais « éclairé » au feu de la vie contemporaine, voilà ce qui caractérise cette Année France-Corée 2015-2016 », précise Hen Une attention première à la création et à l’innovation, un intérêt pour le patrimoine mais « éclairé » au feu de la vie contemporaine, voilà ce qui caractérise cette Année France-Corée 2015-2016 », précise Henri Loyrette, président de la manifestation. Alors, jusqu’en août prochain, ensuite ce sera au tour de l’Hexagone de s’exporter, les projecteurs se figent sur le pays « du Matin Calme » qui nous prouve son dynamisme et éclectisme culturel.

    LES EVENEMENTS À RATTRAPER

    Il reste environ un mois pour profiter de l’événement le plus design de la programmation. En partenariat avec la Korea Kraft&Design Foundation, le Musée des arts décoratifs présente l’exposition Korea Now ! Une collection de plus de 700 pièces nous offre un voyage dans le monde de 150 artistes coréens : des graphistes mais aussi des stylistes et des designers. Korea Now ! Jusqu’au 3 janvier au musée des Arts décoratifs à Paris. Tarif : 11€ .Korea Now ! Jusqu’au 3 janvier au musée des Arts décoratifs à Paris. Tarif : 11€ .Jusqu’au 3 janvier au musée des Arts décoratifs à Paris. Tarif : 11€ .

    Dernière ligne droite aussi pour l’exposition de Lille, « Seoul, vite vite ! ». Manifestation éclatante du miracle économique coréen, la ville est un miroir de la complexité et de l’agitation de sa société hypermoderne, où l’on vit en accéléré. L’exposition lilloise pointe du doigt ses contradictions, tout en dressant un portrait fascinant de cette capitale. Après son passage au Palais de Tokyo, l’artiste Lee Bul s’installe alors au 1er étage du Tripostal jusqu’au 16 janvier . On yLee Bul s’installe alors au 1er étage du Tripostal jusqu’au 16 janvier . On y retrouve également Choi Jeong Hwa et son univers multicolore (également exposée au MAXXI de Rome) mais aussi des jeunes artistes montants, appelés à illustrer le dynamisme de ce hub créatif. Seoul, vite, vite ! Exposition Renaissance Lille3000. Au Tripostal de Lille, jusqu’au 17 janvier. Tarif : 8€.Choi Jeong Hwa et son univers multicolore (également exposée au MAXXI de Rome) mais aussi des jeunes artistes montants, appelés à illustrer le dynamisme de ce hub créatif. Seoul, vite, vite ! Exposition Renaissance Lille3000. Au Tripostal de Lille, jusqu’au 17 janvier. Tarif : 8€. Seoul, vite, vite ! Exposition Renaissance Lille3000. Au Tripostal de Lille, jusqu’au 17 janvier. Tarif : 8€.Au Tripostal de Lille, jusqu’au 17 janvier. Tarif : 8€.

    AU CŒUR DE LA TRADITION

    La tradition est au cœur de l’exposition Tigres de papier, en ce moment au Musée Guimet. Rouleaux, paravents, albums : ces pièces du XIVème au XXème siècle dessinent une Corée peinte à l’encre. De la peinture religieuse à celle des lettrés, l’établissement présente une collection qui raconte la spécificité de la péninsule et son envie de se démarquer de son imposante voisine, la Chine. Tigres de papier, cinq siècles de peinture en Corée. Au musée Guimet de Paris, jusqu’au 22 février 2016. Tarif : 9€50.Au musée Guimet de Paris, jusqu’au 22 février 2016. Tarif : 9€50.

    À VOS AGENDAS : DU PRINTEMPS À L’ETE
    Pour le printemps prochain, le Grand Palais se tourne encore vers l’Orient et met à l’honneur la Corée du Sud lors du Art Paris Art Fair. Sous la directioArt Paris Art Fair. Sous la direction de Sang-A Chun, commissaire d’exposition, la manifestation parisienne racontera l’émergence de l’art contemporain dans la péninsule, des années 1980 jusqu’à nos jours. De nombreuses galeries d’art de Séoul mais aussi en provenance d’autres grandes villes – telles que Busan ou Daegu – vont s’inviter sous la coupole à deux pas de la Seine, du 31 mars au 3 avril 2016.

    Plus tard, jusqu’à l’été 2016, c’est encore un lieu bien connu des tendances parisiennes à arborer les couleurs coréennes. Le Carreau du Temple hébergera WE ARE KOREAN, dans le cadre de Honey Festival Paris Quartier d’été. La chorégraphe Eun-Me Ahn reviendra avec ce qui est annoncé être « un projet d’envergure ». Au programme : des représentations minutes, un moine danseur bouddhiste, une partie de ping-pong accompagnée par le son du compositeur Young« un projet d’envergure ». Au programme : des représentations minutes, un moine danseur bouddhiste, une partie de ping-pong accompagnée par le son du compositeur Young-Gyu Jang ou encore une soirée de films indépendants.

    Vous aimerez aussi

    Portraits

    Utilisation des cookies

    Découvrez comment fonctionnent les cookies et comment changer vos paramètres. Si vous continuez à utiliser notre site sans changer vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies sur notre site.

    Votre vote a bien été pris en compte. Revenez demain pour voter à nouveau. Pour savoir si votre candidat préféré fait partie des 5 projets sélectionnés pour le Grand Oral, abonnez-vous à la page Facebook de Détours.

    Votre vote a déjà été pris en compte pour ce projet. Revenez demain pour voter à nouveau.