La bactérie dévoreuse de plastique
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
Detour
La bactérie dévoreuse de plastique
Redac Détours |  16.03.2016
La bactérie dévoreuse de plastique

Le recyclage qui va ravir les méchants dans James Bond

Le vendredi 11 mars dernier, des chercheurs japonais ont publié dans la revue Science une nouvelle découverte majeure dans la recherche environnementale : uScience une nouvelle découverte majeure dans la recherche environnementale : une bactérie qu une nouvelle découverte majeure dans la recherche environnementale : une bactérie qui dévore le plastique.

Cette dernière, baptisée Ideonella Sakaiensis 201-F6 n’a rien d’un virus informatique, mais provient bien de notre environnement. Son fonctionnement parait assez standard : en sécrétant deux enzymes (Pétase et MHETase) qui se décomposent entre elles, elles agissent communément sur le polymère du plastique et le fait fondre. Une sorte d’acide sulfurique que seuls Walter White de Breaking Bad ou les méchants de James Bond sauraient véritablement utiliser.

D’après la revue en ligne Good, les chercheurs auraient effectué un important travail de fouille sur des échantillons environnementaux, notamment dans la cour d’une usine de recyclage de bouteilles en plastique. La bactérie découverte évoluerait selon les rapports publiés dans le sol et la boue. D’après une estimation énoncée par le magazine, cette nouvelle bactérie chauffée à 86 degrés Fahrenheit serait capable de détruire un film plastique fin en six semaines. Heureusement, il en faut plus pour faire peur au plus britannique des agents secrets.

Le docteur Shosuke Yoshida raconte dans les pages du journal Sci-News que la recherche en cours semble prometteuse, mais que la bactérie nouvellement découverte dégrade le plastique à un niveau beaucoup trop faible pour une utilisation industrielle. Toutefois, des études poussées dans son utilisation pourraient potentiellement donner naissance à une enzyme dédiée à l’ingénierie du plastique. Ce n’est donc pas demain que l’on recyclera le plastique en le faisant fondre. Mais au moins, Blofeld ou le Docteur No ne s’en serviront pas non plus pour dominer le monde. C’est déjà ça.

VOUS AIMEREZ AUSSI
Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page
Newsletter

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire