Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    Il invente la doublure qu’on peut envoyer aux rendez-vous relous

    La vie est pleine de moments gênants à traverser ; au Japon plus encore qu’ailleurs. Alors ce chercheur de la fac de Tokyo a inventé le dédoublement : se faire représenter par quelqu’un avec caméra et écran où vous apparaissez. Un Skype vivant.

    No go. On pense d’emblée aux événements pompeux, cérémonies et autres moments socio-chiants où il faut être sous peine d’être banni du boulot, des cercles influents, ou tout simplement de la famille. Mais ça marcherait autant pour les rendez-vous administratifs et les réunions powerpoint trop longues où il y a plus de diapo que de viennoiseries.

    Dans ces moments-là, il fallait prendre sur soi. Ensuite on a sauté sur la dématérialisation, parce qu’un chat de 2 heures vaut mieux qu’une mini-réunion. Et demain, on enverra des robots nous représenter et discuter entre eux. Plus humaine (mais à peine), l’alternative ChameleonMask propose d’envoyer un remplaçant vous représenter sur place, en vous laissant voir ce qui se passe pour intervenir à tout moment.

    Tu me vois, tu me vois pas. Pour donner vie à ce délire, le prototype a été présenté lors d’une conférence de startups de la Tech à Singapour. Son inventeur, Jun Rekimoto, parle de « télé-présence », donc apparaître physiquement là où vous n’êtes pas. Sauf qu’il s’agit juste d’un WhatsApp amélioré où une doublure vivante porte un écran sur son visage pour vous permettre de parler à sa place. Sa caméra remplace vos yeux, son haut-parleur votre voix. Car bien sûr la doublure n’a pas le droit de parler, juste d’effectuer les actions que vous lui demandez. Ce qui a convaincu les journalistes de parler ici d’un Human Uber, un « Uber pour humains » où le chauffeur n’a pas le choix de la musique qui passe dans ses oreilles…

    À partir de là, c’est la porte ouverte à toutes les fenêtres : on peut envoyer sa doublure gérer le déménagement d’un copain, les négociations au centre des impôts, gérer un match Tinder qu’on assume pas, voire passer à l’hôpital féliciter la belle-sœur pour son nouveau marmot. Une fois que la conscience est bradée, tout est possible. Ou alors on se rappelle que les avatars c’est fait pour le numérique et on lève ses fesses de son fauteuil, c’est au choix.

    Vous aimerez aussi

    Portraits

    Votre vote a bien été pris en compte. Revenez demain pour voter à nouveau. Pour savoir si votre candidat préféré fait partie des 5 projets sélectionnés pour le Grand Oral, abonnez-vous à la page Facebook de Détours.

    Votre vote a déjà été pris en compte pour ce projet. Revenez demain pour voter à nouveau.