Ils escaladent l'Everest pendant 47 jours pour le nettoyer des déchets touristiques
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
Detour
Ils escaladent l’Everest pendant 47 jours pour le nettoyer des déchets touristiques
Hilaire Picault |  13/04/2021 10:36
Ils escaladent l'Everest pendant 47 jours pour le nettoyer des déchets touristiques

Ils recommenceront dès que les restrictions sanitaires le permettront pour en enlever autant et permettre à la nature de retrouver sa pureté.

Des tentes abandonnées, des bouteilles d’oxygène, mais aussi des bouteilles de vodka enfouies sous la neige ou jetées dans des crevasses… Voilà ce qu’ont trouvé les sherpas qui s’étaient mis en devoir de nettoyer le « toit du monde ». Une mission qui leur a pris 47 jours durant lesquels ces grimpeurs chevronnés ont fait l’ascension de non pas une, mais de deux montagnes : Baruntse et Mera Peak.

Depuis 2019, ces alpinistes emmenés par l’entrepreneuse Yankila Sherpa s’activent à débarrasser de l’empreinte humaine les plus hauts sommets du Népal, culminant tous à plus de 8000 mètres. Parrainés par la Bally Peak Outlook Foundation, ils avaient redescendu une tonne de déchets divers en fin de saison touristique.

L’an dernier, ils espéraient reproduire l’effort, mais la pandémie les en a empêchés. À grands regrets car, comme le raconte Yankila dans un documentaire publié par la fondation suisse : « Pour le peuple Sherpa, les montagnes sont les demeures des dieux ». Mais fin 2020, ils ont profité de la fermeture des frontières et l’absence des touristes pour reprendre piolets et sacs poubelles.

La douzaine de sherpas a entamé ce périple en septembre par les camps de base de quatre des plus importants sommets dont l’Everest. Puis, comme le narre The Telegraph, en progressant vers l’est, ils ont traversé les glaciers et cols en continuant de remplir leurs sacs. En un mois et demi, ils ont accumulé 2,2 tonnes de déchets humains ensevelis, le tout résultant d’un tourisme massif. Dès que les restrictions sanitaires le permettront, ils se remettront en marche pour assainir 4 autres camps de base, notamment sur l’Annapurna et des régions moins accessibles de l’Everest.

Tous ces alpinistes le font portés par leurs convictions. Parce que ces déchets sont très néfastes pour la biodiversité d’une part, et parce que c’est leur culture de la haute montagne, comme le résume Yankila : « Le tourisme, c’est aussi préserver notre Himalaya et l’ambiance et l’atmosphère, telles qu’elles étaient dans les temps anciens ». Pour aller là où personne ne peut les suivre, qu’ils soient 8000 fois remerciés.

Alpinisme Ramassage de déchet

VOUS AIMEREZ AUSSI
Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page
Newsletter

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire
De quelle solution mobilité avez-vous besoin aujourd'hui?
Retour
De quelle solution mobilite avez vous besoin aujourd'hui?
Faites votre choix !