Il y a 20 ans le pass Navigo ne coûtait que… 56 euros
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
Detour
Il y a 20 ans le pass Navigo ne coûtait que… 56 euros
LA NOUVELLE MOBILITE S'EXPLORE AVEC
Edité par
LA REDACTION |  14/06/2020 22:09
Il y a 20 ans le pass Navigo ne coûtait que… 56 euros

En l'an 2000, la France n'était pas encore passée à l'euro et l'on parlait encore de carte Orange pour le pass mobilité du réseau RATP. Un temps très lointain, et pour le portefeuille aussi. Depuis le 31 décembre 2010, le coût du pass Navigo a grimpé de 33%. Et pourtant Île-de-France Mobilités est en crise.

Ticket choc. La gratuité des transports a été un thème majeur des campagnes municipales depuis un an, notamment à Paris. Depuis septembre 2019, certains en profitent déjà : les moins de 11 ans voyagent sans payer et les collégiens et lycéens paient moitié prix. Pour les autres par contre c’est moins cool : le prix des transports n’a cessé de grimper pour les Parisiens depuis dix ans. Coup d’œil dans le rétro avant que ne disparaisse définitivement le ticket T+.

En 2000, la carte Orange coûte encore 285 francs (soit 56,68 euros, compte tenu de l’érosion monétaire due à l’inflation). En 2001, la RATP passe au paiement sans contact avec ses cartes pass Navigo, gain de temps et économies au quotidien pour les voyageurs. Fin 2010, les abonnements mensuels et hebdos de la carte Orange sont refondés et les tarifs revus : le pass pour les zones 1 et 2 coûte toujours 56,60 euros. Mais avec le passage de 6 à 5 zones en 2015, les Parisiens se sont retrouvés obligés de payer pour la totalité du réseau. Leur abonnement monte alors à 70 euros et a encore pris 5 euros depuis. Aïe : c’est une hausse de 32,86% sur toute la décennie.

Qui a perdu de l’argent ? Surtout les Parisiens intra-muros, car ceux qui allaient d’un terminus de ligne à l’autre y ont gagné. En 2010 le « 5 zones » revenait à 109,90 euros par mois avant de tomber à 70 euros en 2015. Autres winners, ceux qui paient le pass annuel : facturé 1251 euros en 2009, il a été régulièrement abaissé pour inciter à s’engager sur ce mode de transport, pour atteindre 717,20 euros fin 2019. Une baisse d’un tiers du prix. Enfin, notons qu’une part des usagers peut se faire rembourser ou indemniser son abonnement auprès de son employeur ; ceux-ci versent d’ailleurs aussi à Île de France Mobilités (IDFM) une taxe dépendant de leur masse salariale, ce qui permet aux transports franciliens de garder des tarifs faibles.

Et ça pourrait augmenter. Aujourd’hui, la crise du COVID-19 a fait chuter les revenus d’IDFM qui accuse une perte d’1,6 milliard d’euros. Au point que les paiements de ses partenaires, à savoir la SNCF et la RATP, ne sont plus garantis. Sa présidente, Valérie Pécresse, en appel à l’État et a fait savoir que s’il fallait éponger cette dette seule, IDFM devrait augmenter le prix des Navigo de 20 euros. Soit autant qu’en dix ans… Le ministère de la Transition écologique a promis de se pencher rapidement sur la question.

IDF métro Mobilité partagée Navigo Transport en commun

VOUS AIMEREZ AUSSI
Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page
Newsletter

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire
De quelle solution mobilité avez-vous besoin aujourd'hui?
Retour
De quelle solution mobilite avez vous besoin aujourd'hui?
Faites votre choix !