Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    L'INNOVATION S'EXPLORE AVEC

    Edité par

    L'INNOVATION S'EXPLORE AVEC

    Edité par

    Le Grand Paris va interdire les véhicules les plus polluants d’ici 12 ans.

    Pas de voitures diesel, ni essence : à l’horizon 2030, seuls les véhicules « propres » pourront circuler dans la métropole.

    Ça parait dur à croire, c’est pourtant en passe de devenir réalité : on se dirige vers un Paris sans voitures à échappement. Et on ne parle pas ici que de la capitale intramuros, mais bien de la Métropole Grand Paris qui emboite le pas au fief d’Anne Hildago. La nouvelle est venue de la bouche de Patrick Ollier, le président de la Métropole, qui a confié au JDD la mise en place programmée d’une zone à faibles émissions (ZFE) dont le périmètre sera délimité par l’A86.

    Des critères de plus en plus drastiques. En s’appuyant sur la vignette Crit’Air, l’écrémage dans cette ZFE va se faire selon un calendrier progressif. A partir de l’été 2019, les véhicules diesel immatriculés avant 2001 (= Crit’Air 5) seront définitivement interdits – comme c’est d’ailleurs déjà le cas à Paris depuis janvier 2017. Derrière, les paliers s’enchaineront, année après année, laissant les véhicules tels des animaux morts sur le bord de la route. Certaines essences commenceront à être interdites à partir de 2022 (Crit’Air 3), et en 2024 (Crit’Air2) toutes les diesels seront purement et simplement interdites de circulation dans cette zone intra A-86 qui englobe bien entendu Paris. Finalement, en 2030, ce sera autour des Crit’Air 1 d’être éliminées. Seuls les véhicules propres (électriques, hydrogènes, GPL, GNV) seront alors autorisés à circuler à l’intérieur de la Métropole du Grand Paris.

    Des objectifs encourageants. On s’en doute, ça va forcément faire râler dans les chaumières, mais les résultats s’annoncent remarquables. Un rapport d’Airparif estimait récemment que l’interdiction des véhicules Crit’Air 3 à 5 dans cette ZFE entraînera déjà – 51% d’émissions d’oxydes d’azote (NOx), – 37% d’émissions de particules PM10 et – 47% de particules PM2.5. Quand on sait à quel point on respire mal à Paris et sa banlieue, voilà qui est salutaire. Au sens premier du terme.

    Vous aimerez aussi

    Portraits

    Votre vote a bien été pris en compte. Revenez demain pour voter à nouveau. Pour savoir si votre candidat préféré fait partie des 5 projets sélectionnés pour le Grand Oral, abonnez-vous à la page Facebook de Détours.

    Votre vote a déjà été pris en compte pour ce projet. Revenez demain pour voter à nouveau.