Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    Grâce au cannabis, 93% des personnes âgées pourraient se passer de médicaments

    Ce n’est pas le dealer d’en bas qui le dit, mais une étude américaine de l’Institut National de la Santé : l’usage thérapeutique réduit les prescriptions d’antalgiques et les effets secondaires.

    Faut-il le rappeler ? En France, la consommation de cannabis est interdite et l’usage médicinal n’existe pas. Aux États-Unis par contre, 13 États l’ont autorisé et à en croire les statistiques, la consommation d’herbe a carrément augmenté chez les seniors. Une tendance à la détente au soleil en regardant ses Bitcoins fructifier ? Non : une façon de combattre les douleurs ou d’accompagner les traitements contre le cancer.

    Dissiper les fumisteries. Pour vérifier si cet usage était efficace, une équipe du National Institutes of Health a surveillé entre 2015 et 2017 plus de 2 700 patients de plus de 65 ans ayant reçu ce type de prescription.

    Au bout de six mois de traitement au cannabis, 93,7 % de ces sexagénaires déclaraient moins ressentir leurs douleurs chroniques.

    Un gain de bien-être pratiquement sans effets indésirables : de légers vertiges et la sensation d’assèchement de la bouche chez moins de 10% d’entre eux. Presque tous affirmaient avoir une vie meilleure en ayant réduit les doses d’antalgique, voire en s’en débarrassant entièrement pour 18,1 % d’entre eux. Car c’est bien le soucis : les personnages âgées, plus médicalisées, ont des consommations d’opioïde très fortes.

    Ne pas fumer tue. Loin d’être inoffensive, la prise de ces médicaments « painkiller » serait même sans cesse croissante si l’on en croit le rapport de l’observatoire français des médicaments antalgiques. Une bonne alternative donc que le recours aux cannabinoïdes dont la molécule de THC agit en apaisant le système nerveux central comme le recoupe l’étude équivalente réalisée en Israël par l’Université de Ben Gourion. Voilà qui devrait filer un nouveau travail au sein de nos EHPAD et maisons de retraite : rouler les joints ou préparer les space cakes.

    Comme si cela ne suffisait pas, on commence même à évoquer que la marijuana pourrait retarder l’apparition de la maladie d’Alzheimer en éliminant une protéine toxique liée. D’autres rappellent que la weed participe à améliorer le sommeil et lutter contre les glaucomes (maladie de l’œil). Bref, maintenant que l’usage thérapeutique pour les seniors est démontré, on dirait que tout le monde veut faire tourner.

    Vous aimerez aussi

    Portraits

    Votre vote a bien été pris en compte. Revenez demain pour voter à nouveau. Pour savoir si votre candidat préféré fait partie des 5 projets sélectionnés pour le Grand Oral, abonnez-vous à la page Facebook de Détours.

    Votre vote a déjà été pris en compte pour ce projet. Revenez demain pour voter à nouveau.