Grâce à Jobpack, changer de ville pour le boulot n’est plus une fatalité
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
Detour
Grâce à Jobpack, changer de ville pour le boulot n’est plus une fatalité
LA NOUVELLE MOBILITE S'EXPLORE AVEC
Edité par
LA REDACTION |  11.03.2018
Grâce à Jobpack, changer de ville pour le boulot n’est plus une fatalité

Une startup française aide les entreprises à attirer de nouveaux travailleurs dans des villes souffrant d’un déficit d’image. A chaque fois, les futurs arrivants sont accompagnés grâce à une mise en relation avec des parrains et marraines.

La vie, ce n’est pas que le travail. Une entreprise a beau offrir les meilleures garanties professionnelles à un futur employé, la ville où elle est installée peut être un facteur rédhibitoire à l’heure de conclure un recrutement.  Cette réalité, Isabelle de Bussac – qui longtemps travaillé dans le textile – l’a perçue au cours de sa carrière. Installée à Orléans, une ville pas forcément super excitante, Isabelle a donc eu l’idée de créer Jobpack. Sa start-up élabore justement les outils qui vont aider certaines villes à combler leur déficit d’image.

 

 

Pour rendre ces villes plus attractives et ainsi aider les entreprises locales à recruter au-delà de leur bassin professionnel naturel, Jobpack leur met d’abord un coffret découvertes à disposition. Il permet pour le candidat intéressé d’accéder à toutes les informations indispensables pour lever ses doutes : les atouts, la qualité des établissements scolaires, les loisirs…*

 

Une fois la décision prise de déménager, toujours dans le cadre du service Jobpack, les nouveaux arrivants sont pris en main par des welcomers. Ils endossent le costume de parrains ou marraines et sont là pour accompagner et lever les interrogations. Echanges numériques, coups de téléphones et rencontres afterwork, tout est envisageable pour aider les petits nouveaux à prendre leurs marques.

Lancée à Orléans, donc, l’idée de Jobpack a déjà séduit une dizaine d’entreprises et débouché sur 25 accompagnements en quelques mois. Désormais, le concept d’Isabelle de Bussac devrait s’étendre puisqu’elle a des demandes pour Gien, Bouges, Roanne ou Cholet. Suffisait d’y penser !

travail

VOUS AIMEREZ AUSSI
Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page
Newsletter

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire