Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat
    2 minutes de lecture

    Medimoov : le jeu vidéo des seniors bientôt remboursé par la sécu ?

    Issue de la French tech montpelliéraine, Naturalpad développe des soins numériques d’un nouveau genre : des jeux vidéo destinés aux maisons de retraite qui ont même obtenu une validation clinique, comme n’importe quel médicament. Rencontre avec Antoine Seilles, son PDG.

    Bonjour Antoine, que proposez-vous exactement ?

    Nous vendons un accès à une plateforme web pour 80 euros par mois et par poste (une seule connexion mais aucune limite du nombre de joueurs) et proposons cinq jeux certifiés – des jeux d’arcade pour des séances de 5 à 15 minutes. Il faut aussi s’équiper de notre console et son capteur de mouvement, développée avec Dell et Microsoft.

    Qui sont les patients visés ?

    Medimoov est adapté au service de rééducation, pour de la prévention des chutes, pour les personnes ayant eu un AVC ou qui ont la maladie de Parkinson. Notre cible commerciale est clairement la maison de retraite mais quelqu’un en bonne santé peut y jouer aussi ! Quand on est en rééducation, on est souvent isolé ; là, le ou la patiente peut faire ses exercices en compagnie.

    Pourquoi avoir choisi ce domaine ?

    J’ai toujours eu envie d’être dans la création et d’être mon propre patron. Mon domaine rêvé, c’était le jeu vidéo. J’ai fait une thèse en 2008 sur l’analyse des réseaux sociaux sur le web. J’avais l’idée de faire des jeux à dimension sociale, montrer que ça peut faire du bien.

    « On aimerait que Nintendo s’intéresse à la rééducation pour faire avancer la recherche et le développement. »

    Comment avez-vous obtenu votre certification médicale ?

    Nous avons travaillé avec le CHU de Montpellier. Une première étude clinique a été menée en comparant une population de seniors qui ont utilisé le jeu et une autre non. Les tests sont effectués comme avec un médicament. Le temps de validation de dispositif médical classe 1, délivré par l’ANSM nous aura pris deux ans ; nous en sommes à quatre études cliniques. Les premiers investisseurs étaient frileux parce qu’ils ne voyaient pas assez la différence avec une wii-sport par exemple. Mais ces « jeux qui font bouger » ne sont pas adaptés à de la rééducation, il y a des risques de se blesser et la difficulté n’est pas adaptée. Aujourd’hui, nous avons une vraie plus-value et sommes utilisés dans plus de soixante établissements de soin.

    À quand un jeu de rééducation avec Mario ?

    On aimerait que Nintendo s’y intéresse aussi, pour faire avancer la recherche et le développement. Pour le moment, nous sommes très peu nombreux dans ce domaine et on n’a pas les moyens de faire changer la législation sur les produits non médicamenteux par exemple. Les grands groupes doivent aussi prendre les choses en main, en particulier les assurances et mutuelles.

    medimoov.com

    Vous aimerez aussi

    Portraits

    Utilisation des cookies

    Découvrez comment fonctionnent les cookies et comment changer vos paramètres. Si vous continuez à utiliser notre site sans changer vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies sur notre site.

    Votre vote a bien été pris en compte. Revenez demain pour voter à nouveau. Pour savoir si votre candidat préféré fait partie des 5 projets sélectionnés pour le Grand Oral, abonnez-vous à la page Facebook de Détours.

    Votre vote a déjà été pris en compte pour ce projet. Revenez demain pour voter à nouveau.