Un frigo des rues pour tous ceux qui ont faim
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
Detour
Un frigo des rues pour tous ceux qui ont faim
Hilaire Picault |  25.04.2017
Un frigo des rues pour tous ceux qui ont faim

Des Anglais ont récemment installé un réfrigérateur communautaire public. Mode d'emploi : les restos y déposent à manger et ceux qui en ont besoin peuvent se servir. Total, moins de gaspillage et plus de solidarité !

Vous avez connu le frigo partagé entre colocataires ? Eh bien, qu’est-ce qui empêche d’étendre le système à un nombre bien plus grand ? Cet hiver, au sud de Londres, quelques Anglais ont installé et branché un réfrigérateur ouvert à tous.

Un frigo nommé Freddie. Dressé en évidence au milieu du centre Pop Brixton où se pressent restaurants, snacks et cafés, le frigo est rempli par ces commerçants et les riverains. Les premiers y mettent leur production de la journée qui ne peut pas être servie le lendemain ; les seconds, des produits frais ou des aliments encore dans leur emballage. Pas de « restes » donc, car ici on recueille des dons, pas des déchets. C’est même l’inverse !

Il garde au frais et fait chaud au cœur. Le but de la démarche est autant d’éviter un gaspillage alimentaire que de permettre à ceux qui ne peuvent se permettre des produits cuisinés d’y avoir accès. Cette démarche a été conduite par l’association The People’s Fridge qui a rassemblé les fonds (près de 2000£ financé en crowdfunding l’été dernier) et qui dicte les règles : ni viande crue ni poisson, pas de produits laitiers ouverts… Tout est fait et surveillé pour éviter les risques sanitaires.

« Nous tenons [le frigo] comme le ferait n’importe quel commerce alimentaire » explique la co-fondatrice Olivia Haughton. Tout produit périmé est directement retiré à chaque visite d’inspection.

Quand il y en a pour un… De l’Espagne à la Belgique en passant par l’Allemagne, nombre de ces frigos ont vu le jour depuis 2012. L’initiative serait cependant née en Inde où une restauratrice voulait éviter aux SDF de fouiller sa poubelle. Elle a pris l’habitude de leur donner directement les invendus. Ce qu’elle paie en surplus d’électricité, elle l’a gagné en gestion des déchets. Et en fidélité !

Alimentation Anti-gaspillage Electroménager Participatif solidarité

VOUS AIMEREZ AUSSI
Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page
Newsletter

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire