Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    Des Français créent le premier village pour les malades d’Alzheimer

    Ça se passera dans les Landes, et c’est une manière originale de lutter contre la maladie en sortant les patients des hôpitaux. Objectif : les aider à retrouver une vie normale.

    Landes, of the free. C’est le premier du genre en France et sa construction vient de commencer près de Dax. Ce village s’étendra sur cinq hectares et devrait accueillir ses 120 nouveaux habitants dès 2020. Avec une spécificité donc : tous les résidents seront atteints de la maladie d’Alzheimer, et soignés en tant que tel.

    Version XXL d’un EHPAD (Établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes), ce bourg unique en son genre sera découpé en quatre quartiers, mélangeant des logements collectifs, des commerces et des espaces de vie en commun : un gymnase, un auditorium et un potager sont ainsi prévus. De même, près de 400 associations locales ont été sollicitées pour s’impliquer dans le projet et proposer leur aide ou des activités.

    En sécurité, en liberté. Pour assurer la sécurité et les soins des habitants, 200 infirmiers et professionnels médicaux seront embauchés, ainsi que des chiens thérapeutiques dressés pour accompagner et surveiller les malades. Puisque le but est de maintenir une vie sociale, le «Village landais Alzheimer » sera aussi ouvert aux familles des résidents qui seront autorisées à visiter et venir passer la nuit.

    Bye bye blouse. « La participation à la vie sociale doit permettre de réduire les troubles du comportement et par conséquent les prises de psychotropes », explique le neurologue Jean-François Dartigues. En permettant aux résidents de se sociabiliser et de vivre une vie ordinaire le plus longtemps possible malgré leur maladie, l’objectif est de mieux solliciter le cerveau pour limiter sa dégénérescence, mais aussi d’assurer leur bien-être.

    D’un coût dépassant les 24 millions d’euros, le projet est majoritairement pris en charge par la région ce qui lui permet de proposer un « loyer » journalier de 60 euros, soit l’équivalent d’un EHPAD classique. Ce traitement expérimental a déjà été testé aux Pays-Bas depuis 2009, à Weesp, avec succès : le recours aux psychotropes par les infirmiers a été moindre, les patients se déclaraient plus heureux et vivaient plus longtemps. Pour vivre heureux vivons landais ?

    Vous aimerez aussi

    Portraits

    Votre vote a bien été pris en compte. Revenez demain pour voter à nouveau. Pour savoir si votre candidat préféré fait partie des 5 projets sélectionnés pour le Grand Oral, abonnez-vous à la page Facebook de Détours.

    Votre vote a déjà été pris en compte pour ce projet. Revenez demain pour voter à nouveau.