Les Français, champions européens du "drive" pour récupérer leurs courses
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
Detour
Les Français, champions européens du “drive” pour récupérer leurs courses
Hilaire Picault |  20.06.2019
Les Français, champions européens du "drive" pour récupérer leurs courses

Bien devant l'Angleterre et l'Allemagne, la France se place même en 3e position mondiale avec 7,1% de sa consommation commandée en ligne. Sauf que les Français préfèrent aller chercher leurs courses sur un parking que de se faire livrer à la maison.

Sans lâcher son volant. Avant, un « drive », c’était un cinéma américain ou la file “à emporter” à McDo. Au début des années 2000, c’est devenu un moyen de récupérer ses courses déjà préparées sur le parking du supermarché. Et en deux décennies, la France y a sérieusement pris goût. Selon une étude réalisée par l’institut Nielsen, 7,1% des achats de grande consommation des Français se sont faits en ligne l’an dernier. Nous sommes le numéro 1 en Europe.

Surtout, dans 81% des cas, ces courses ont ensuite été récupérées sur place, au drive. Les autres ? Ils optent pour la livraison à domicile, comme le pratiquent nos voisins européens. Mais les Français préfèrent se rendre au supermarché en personne.

Plus de “drive” que d’hypermarchés. Réponse logique, les chaînes ont construit des drive partout : Nielsen en a compté 5113 en France, dont 3720 sont automatiques et même pas accolés à une grande surface. On a même vu naître cette année 76 « drive piétons » dans l’Hexagone, donc des guichets de retrait en ville.

Sur 27,9 millions de foyers concernés, l’étude en comptabilise 11,2 millions qui commandent d’abord leur alimentation sur internet… avant de rejoindre les bouchons pour récupérer leur panier.

Passion Parking. Si la France est devenue championne, cela s’explique par deux arguments. 1. C’est moins cher, enfin, à condition de ne pas y passer chaque semaine sous peine de rajouter le coût d’un plein à votre budget. 2. C’est pratique, on prend rendez-vous donc on est sûr d’être disponible.

Certains ajouteront qu’on ne perd plus de temps dans les rayons…

Le défaut est par contre évident : on passe plus de temps sur les routes et, en général, aux heures de pointe. En d’autres termes, un panier à récupérer correspond à une personne de plus sur la route, souvent seule à bord (qui vous accompagnerait porter vos courses ?), donc un trajet polluant de plus. Le rapport de Nielsen laisse entendre que, de toute façon, les Français ne veulent pas entendre parler de livraison. Pas souple en termes d’horaires et toujours trop chère.

On dirait que la mauvaise image des livreurs qui sonnent et s’enfuient tarde à disparaître dans les mentalités. L’arrivée des robots livreurs en France peut-elle changer la donne ? En attendant, pensez à couper votre moteur dans la file du drive. Ce sera toujours ça de gagné, en essence comme en fumée.

Drive Livraison à domicile

VOUS AIMEREZ AUSSI
Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page
Newsletter

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire