" layout="nodisplay"> Flashback : quand les Français pensaient que la ceinture de sécurité pouvait tuer
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
Detour
Accueil / Inspirer / Flashback : quand les Français pensaient que la ceinture de sécurité pouvait tuer
Flashback : quand les Français pensaient que la ceinture de sécurité pouvait tuer
LA NOUVELLE MOBILITE S'EXPLORE AVEC
Edité par
LA REDACTION |  04/01/2023 16:23
Flashback : quand les Français pensaient que la ceinture de sécurité pouvait tuer

C'est une date anniversaire phare de la mobilité : l'obligation du port de la ceinture de sécurité à l'avant fête ses 50 ans en 2023. On le sait peu, mais la France fut le premier pays d'Europe à l'imposer, au désespoir de nombreux Français qui la jugeaient... dangereuse.

“La ceinture tue”. Quand il est question de mobilité, rares sont les dates vraiment clefs pour les automobilistes. Mais l’une d’entre elles est certainement le 1er juillet 1973, date à laquelle la ceinture de sécurité devint obligatoire pour les passagers à l’avant.

La raison de ce grand bond en avant, alors même que Pompidou est encore président de la République ? Des chiffres catastrophiques pour la sécurité routière, avec un pic de 16 545 accidents mortels en 1972, soit l’équivalent des habitants de Fontainebleau qui auraient disparu avec un volant entre les mains (ou une roue sur le ventre). En comparaison, en 2021 et selon les données transmises par l’Observatoire national interministériel de la sécurité routière (ONISR), “seulement” 2944 personnes sont mortes dans un accident de voiture. Et si l’on mesure le chemin parcouru depuis 50 ans, dans le bon sens, c’est grâce à cette ceinture de sécurité qui s’est progressivement imposée dans les habitacles.

Ils ne veulent pas la boucler. Pourtant, et aussi dingue soit cette information, de nombreux Français voient en 1973 d’un très mauvais oeil l’obligation de cette maudite ceinture qui “fait mal au corps” et “prive les conducteurs de leurs libertés”. C’est notamment l’avis du porte-parole quasi officiel de ceux qui refusent de la boucler, Jérôme Spycket. Dès 1975, ce dernier publie un manifeste intitulé La ceinture qui tue, et où il est question des dangers de la ceinture. Extrait : « La ceinture dite « de sécurité » a tué et tuera encore. […] Chaque mort due à la ceinture pourra être considérée comme la victime d’un véritable assassinat légal […] Automobilistes, sachez à quoi vous vous exposez en la bouclant ».

La lanière en cuir serait-elle aussi dangereuse que d’avoir 3 grammes d’alcool dans le sang ? Evidemment pas, puisqu’il est rapidement prouvé qu’un.e automobiliste est deux fois plus protégé avec, que sans. Mais qu’importe : le collectif emmené par Jérôme Spycket utilise des cas isolés (un homme empêché de sortir de sa voiture en feu car coincé par sa ceinture) pour vanter les mérites d’une conduite “libre” sans être attaché. Avec le recul, l’argument prête à sourire. Mais nombreux sont ceux qui croient encore, en 1973, à cette contre-vérité. Dans l’édition du Monde daté de janvier 1978, le même Jérôme Spycket explique sérieusement que “dans la meilleure hypothèse, le port de la ceinture dite de sécurité n’a pas apporté la moindre amélioration aux résultats des automobilistes“.

La Ceinture qui tue", un livre contre l'obligation de la ceinture de sécurité, sorti en 1975. "Il faut rendre à chacun la liberté de boucler ou non sa ceinture". : r/france

Un débat qui en rappelle d’autres. Face à cette surmortalité routière, le gouvernement ne flanche pas et impose donc la ceinture à l’avant pour lutter contre les comportements irresponsables. Dès le 1er juillet 1973, cette dernière devient obligatoire hors agglomérations, mais il faudra attendre encore longtemps pour qu’elle ne rentre dans l’inconscient collectif comme un geste qui sauve. A l’arrière, elle ne deviendra obligatoire qu’en 1990; un comble quand on sait que c’est généralement la place attribuée aux enfants.

Avec le permis à points (instauré en 1992) et les radars automatiques (en 2002), la ceinture a donc évidemment sauvé plus de vies que l’inverse. Et si rétrospectivement ces débats sur l’atteinte aux libertés individuelles semblent risibles, ils en rappellent pourtant d’autres, comme le refus de la vaccination contre le Covid-19, pour les mêmes raisons. Sans transition ou presque, concluons cet article avec une information étonnante : les automobilistes antivax auraient 72% de chance de provoquer des accidents mortels sur la route. Une statistique à méditer au moment d’attacher votre ceinture.

Sécurité routière

VOUS AIMEREZ AUSSI
Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page
Newsletter

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire
De quelle solution mobilité avez-vous besoin aujourd'hui?
Retour
De quelle solution mobilite avez vous besoin aujourd'hui?
Faites votre choix !