Flashback : quand la cigarette était encore autorisée dans les trains et les avions
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
Detour
Flashback : quand la cigarette était encore autorisée dans les trains et les avions
LA NOUVELLE MOBILITE S'EXPLORE AVEC
Edité par
LA REDACTION |  05/02/2021 10:26
Flashback : quand la cigarette était encore autorisée dans les trains et les avions

On vous parle d'un temps que les moins de 20 ans ne peuvent vraiment pas connaître : celui où fumer était autorisé dans les trains et, pire encore, dans les avions. Une pratique qui a fait long feu et qui a été heureusement interdite voilà une vingtaine d'années.

Smoking, non smoking. On en trouve encore parfois dans les vieux wagons régionaux : des cendriers. Avec le recul, le détail semble presque anachronique, impensable. Et pourtant si, il fut un temps où vos voisins de train ou d’avion pouvait mécaniquement allumer une cigarette en lisant le journal dans un compartiment fumeur, puis l’éteindre sans craindre quelconque amende. Les plus vieux d’entre nous ont connu la fin de cette époque, finalement pas si éloignée : le 29 novembre 2006, la loi Evin vient éteindre cette addiction à la nicotine. A cette date, et en application de l’article L. 3511-7 du code de la santé publique, « il devient interdit de fumer dans les lieux affectés à un usage collectif, notamment scolaire, et dans les moyens de transport collectif, sauf dans les emplacements expressément réservés aux fumeurs ».

La même année, la SNCF déclare la guerre officielle contre le tabac à bord de tous ses trains. Dès 2004, la compagnie ferroviaire l’avait interdit à bord des TGV; deux ans plus tard l’interdiction devient généralisée. Et les cendriers sont définitivement refermés, pour le bien être de l’ensemble des passagers, clôturant ainsi une époque libertaire délirante où enfumer plusieurs dizaines de personnes innocentes était considéré comme un droit.  «Les voyageurs ont changé leurs habitudes» expliquait en 2006 la SNCF – qui aura déboursé entre 6 et 10 millions d’euros pour désodoriser sa flotte. Et c’est tant mieux. Depuis 15 ans donc, la cigarette est persona non grata sur l’ensemble des transports en commun, et le mouvement est mondial, puisque la quasi intégralité des compagnies l’ont banni sur leurs trajets.

Mad men. Encore plus surprenant, la cigarette fut aussi longtemps tolérée sur les vols des plus grandes compagnies du monde. Une hérésie qu’on revisite avec curiosité grâce à la série culte Mad Men, et dans laquelle Don Draper et ses associés ne manquent jamais d’en griller une à bord d’un vol commercial. Là encore, l’évolution des mentalités a tardé. Il faudra attendre le crash d’un avion de Varig Airlines en 1973 à Paris – probablement à cause d’une cigarette mal éteinte dans les toilettes – pour que les cendriers deviennent obligatoires à bord des avions. Ce qui coule de source aujourd’hui ne l’était visiblement pas au 20ième siècle. Cette tolérance coutera la vie à 123 personnes.

«C’est comme fumer dans une cabine téléphonique : répugnant. » (Un sénateur américain après l’entrée en vigueur de la loi anti-tabac dans les avions)

Au niveau mondial, le rétro-pédalage sur la “cigarette aérienne” n’interviendra, étonnamment, qu’à la fin des années 80, après qu’un rapport de la National Academy of Science a révélé que la santé du personnel à bord était mise en danger par la consommation effrénée des passagers – une évidence. Le 21 novembre 1989, George Bush Sr signe la fin de la récréation avec un projet de loi, mais la fumée mettra du temps à se dissiper puisqu’il faudra attendre 2000 pour que Bill Clinton ne l’interdise officiellement sur l’ensemble du territoire américain. Le 1er novembre de la même année, Air France suit le mouvement et la prohibe à son tour sur tous les vols; amorçant ainsi une tendance mondiale. Aujourd’hui, on sourit à l’idée même que votre voisin.e sorte un paquet de cigarettes et pourtant, tout cela était encore possible voilà 20 ans.

De quoi faire réfléchir, comme avec l’obligation de la ceinture de sécurité à l’arrière depuis seulement 1990, sur l’évolution des moeurs. Heureusement dans le cas présent, les choses sont finalement allées dans le bon sens. Quant aux récalcitrants, qu’ils réfléchissent à deux fois avant d’allumer une tige dans un train : fumer sur les quais ou dans un wagon expose à une amende de 68 €. Là encore, il n’est plus question de mégoter.

mobilité aerienne

VOUS AIMEREZ AUSSI
Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page
Newsletter

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire
De quelle solution mobilité avez-vous besoin aujourd'hui?
Retour
De quelle solution mobilite avez vous besoin aujourd'hui?
Faites votre choix !