Faut-il vraiment remplacer les radars détruits par les gilets jaunes ?
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
Detour
Faut-il vraiment remplacer les radars détruits par les gilets jaunes ?
Robin Ecoeur |  14.01.2019
Faut-il vraiment remplacer les radars détruits par les gilets jaunes ?

Après deux mois de révolte Gilets jaunes, plus de la moitié des 3200 radars fixes seraient inactifs. Réparer coûterait très cher aux Français. Peut-on faire sans ?

6 radars sur 10 out. Le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner a finalement brisé l’omerta ce jeudi : « Près de 60 % des radars ont été neutralisés, attaqués, détruits par celles et ceux qui se revendiquent de ce mouvement. » Cela représente un peu moins de 2000 radars inopérants sur les 3200 installés en France. Recouverts de sacs poubelle, repeints, dégradés ou même incendiés, les « gilets jaunes » veulent montrer leur mécontentement. Les radars automatiques, installés depuis déjà quinze ans mais jamais acceptés, apparaissent comme une cible parfaite. Démonstration qu’il faut les retirer ?  

Image associée

40 000 vies sauvées. Savoir s’il est nécessaire de les remplacer est une question qui ne se pose pas, car le bilan de la Sécurité routière est formel. Comme le rappelle France Info, « cette technologie aurait sauvé 40 000 vies sur les routes de France et, depuis 2017, les recettes annuelles dépassent le milliard d’euros. Elles sont à plus de 90% consacrées à la sécurité routière et à l’entretien des infrastructures. » Les radars permettent donc de sauver des vies. Et les chiffres de décembre ont montré que, sans eux, les automobilistes roulent plus vite et que les accidents sont en hausse.

+20% d’excès de vitesse. Interrogé par Le Parisien, le délégué interministériel à la Sécurité routière annonce que le nombre d’excès de vitesse a grimpé de 20% depuis le début du mouvement. Il faudra néanmoins attendre le 25 janvier pour vérifier le bilan mensuel définitif mais Emmanuel Barbe est inquiet : « En décembre, les résultats sur les accidents mortels vont être décevants à cause de cette dégradation massive. Et le pire reste peut-être à venir. »

Bien que la dégradation d’un radar est, selon la loi, un délit, ces actes de vandalisme sont le reflet d’une contestation plus large envers les politiques du gouvernement comme l’augmentation du prix du carburant, le passage aux 80 km/h et plus généralement toutes les questions liées à la mobilité.

Que faire ? Pour garder les routes les plus sûres possible, l’État a tout intérêt à réparer ou remplacer les radars endommagés, histoire de limiter ce manque à gagner, mais également pour inciter les automobilistes à garder les bonnes habitudes prises ces derniers mois. Pour rappel, ce sont les recettes des radars fixes qui financent les dépenses de maintenance et une éventuelle remise en état. Mais une fois remplacés, il est fort possible que certains radars subissent à nouveau des dégradations, témoignant du refus des Français d’être partout contrôlés. Un sentiment qui ne va pas réduire avec l’installation des nouveaux modèles de radars capables de flasher 8 voies d’un coup.  

Gilets Jaunes radars Sécurité routière

VOUS AIMEREZ AUSSI
Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page
Newsletter

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire