Faut-il automatiser toutes les lignes de métro pour éviter les grèves ?
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
Detour
Faut-il automatiser toutes les lignes de métro pour éviter les grèves ?
Hilaire Picault |  02/01/2020 01:00
Faut-il automatiser toutes les lignes de métro pour éviter les grèves ?

Depuis le début de la grève parisienne, deux lignes n’ont jamais cessé leur fonctionnement : la 1 et la 14, toutes deux automatisées. Mais cette technologie suffit-elle pour garantir un service sur toutes les lignes de la RATP ?

We are the robots. En 2030 ouvriront les portes du métro du Grand Paris. Quatre lignes et près de 200 kilomètres de voies ferrées supplémentaires. Sans personne au volant des rames. Les lignes 15 à 18 seront en effet automatiques, comme l’est déjà la ligne 14 depuis 1998 et la ligne 1, automatisée en 2012.

Depuis, cette dernière transporte 750 000 voyageurs par jour, sans défaut. Pas plus sur la 14, d’ailleurs prolongée jusqu’à la gare Saint-Lazare en 2003. Alors la question s’impose aujourd’hui : pourquoi ne pas passer tout le réseau RATP aux mains des robots ?

Résultat de recherche d'images pour "ligne automatisée métro paris"

Oui mais non. « L’automatisation n’a aucun intérêt sur les lignes à faible trafic », répond tout de go la RATP aux Echos. Comprendre qu’elle ne fait qu’améliorer les performances du service et non le remplacer. Simplement parce que les robots ne se substituent pas aux conducteurs. Si les lignes 1 et 14 ont fonctionné tout le mois de décembre, c’est parce que « du personnel non gréviste pilote la ligne depuis un poste de commandement centralisé ». Enfonçant le clou, Île-de-France Mobilités dit ne pas souhaiter l’automatisation globale. On les comprend : à distance égale, la ligne 14 a coûté pratiquement deux fois plus cher qu’une autre ligne.

Résultat des courses, seule l’automatisation de la ligne 13 – perpétuellement saturée – est à l’étude, et le prolongement de la 14 jusqu’à Orly d’ici 2024. Pourtant, robotiser les lignes aurait son intérêt. Il apparaît d’autant mieux en période de grève.

Grève party. Les mouvements de grève ont principalement deux répercussions : premièrement, une continuité du service brisée ; deuxièmement, une vitesse ralentie par le temps perdu aux arrêts. Or ce sont exactement les deux apports de l’automatisation : une fréquence améliorée, puisque les rames peuvent s’enchaîner avec moins d’1 minute 30 entre deux convois (au lieu de 3 minutes habituellement) et une vitesse maximum de 40 km/h (au lieu de 25km/h). Ajoutez dans la balance que la maintenance est moins coûteuse et la régie parisienne pourrait finalement revenir sur sa décision. Seule conclusion aujourd’hui, la robotisation ne suffit pas à obtenir un « service garanti dans les transports aux heures de pointe en cas de grève » réclamée par Valérie Pécresse, celle-ci passe par les (encore indispensables) agents RATP.

automatisation Grand Paris métro RATP

VOUS AIMEREZ AUSSI
Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page
Newsletter

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire
De quelle solution mobilité avez-vous besoin aujourd'hui?
Retour
De quelle solution mobilite avez vous besoin aujourd'hui?
Faites votre choix !