Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    L'INNOVATION S'EXPLORE AVEC

    Edité par

    L'INNOVATION S'EXPLORE AVEC

    Edité par

    Que faudra-t-il mettre sur son CV pour être employable en 2030 ?

    Des chercheurs de l’Université d’Oxford viennent de rendre un rapport sur les aptitudes professionnelles qui seront demandées dans quinze ans. Voici donc les cinq compétences à développer dès maintenant pour vous démarquer sur le marché du travail du futur.

    1. Savoir émettre des jugements et prendre des décisions. Puisque nous sommes entrés dans l’ère de l’instantanéité, il est indispensable d’être en mesure de comprendre rapidement les enjeux d’un problème. Si vous comptez vous reconvertir dans la carrière de « hacker éthique » pour contrer la cybercriminalité, mieux vaut muscler dès maintenant votre pensée critique et vos capacités de jugement afin de ne pas tomber dans le premier piège tendu par l’ennemi.

    2. Pouvoir pondre des idées à la chaîne. Peu importe si elles sont bonnes ou mauvaises, si elles sont hors-sujet ou pertinentes, si elles sont innovantes ou stupides : l’important, c’est d’avoir beaucoup, mais alors, beaucoup d’idées. Si l’on pense par exemple aux « ré-ensauvageurs », qui auront pour mission de réparer les dégâts causés par l’homme sur l’environnement, ils devront faire tourner leur imagination à plein régime tant la tâche sera grande.

    En France, 42% des emplois sont menacés de robotisation et 3 millions d’emplois devraient être détruits dans les dix ans à venir.

    3. Prouver son originalité. La révolution numérique risque de couper quelques têtes sur le marché de l’emploi : en France, 42% des emplois sont menacés de robotisation et 3 millions d’emplois devraient être détruits dans les dix ans à venir. OK, une intelligence artificielle sera toujours plus rapide, fiable et corvéable à merci que vous. Mais elle n’aura jamais les idées inattendues qu’auront par exemple les futurs « designers d’ordures », c’est-à-dire ceux qui sauront comment transformer les détritus de la meilleure manière possible.

    4. Être capable d’apprentissage actif. Comprendre les implications d’une nouvelle information afin de résoudre les problèmes actuels et à venir, c’est primordial. Surtout si vous êtes « architecte HQE » (haute qualité environnementale) et que vous devez rester constamment au courant des avancées technologiques en matières d’isolation, de matériaux durables ou d’agriculture urbaine.

    5. Faire preuve de coordination. Outre le souci de gain de productivité, la capacité d’adapter ses actions en fonction de celles des autres permet de créer un environnement de travail sain. Ce n’est pas un scoop : le bien-être en entreprise est en passe de devenir un enjeu majeur. La preuve avec cette nouvelle profession de « chief happiness officer » (ou responsable du bonheur en entreprise, en VO), un poste clé qui devrait certainement se démocratiser d’ici 2030.

    Au cas où vous voudriez potasser dans les moindres détails l’étude intitulée Les futures compétences professionnelles en 2030, vous pouvez la télécharger ici.

    Vous aimerez aussi

    Portraits

    Votre vote a bien été pris en compte. Revenez demain pour voter à nouveau. Pour savoir si votre candidat préféré fait partie des 5 projets sélectionnés pour le Grand Oral, abonnez-vous à la page Facebook de Détours.

    Votre vote a déjà été pris en compte pour ce projet. Revenez demain pour voter à nouveau.