Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    L'INNOVATION S'EXPLORE AVEC

    Edité par

    L'INNOVATION S'EXPLORE AVEC

    Edité par

    Pourquoi Facebook nous rend tous nostalgiques ?

    À force de naviguer sur le réseau social de Mark (sept heures en moyenne par mois), on avait presque fini par oublier à quel point l’algorithme de Facebook était un outil machiavélique permettant de réécrire quotidiennement nos passés et nos souvenirs. Et c’est dangereux.

    Merci pour ce moment. On a presque fini par s’y habituer. Tous les matins, en se connectant mécaniquement à son compte Facebook, une petite pastille apparaît au centre pour vous rappeler ce que vous faisiez le même jour de l’année d’avant (et les années encore avant). À priori sympathique, cette option mise en place en mars 2015 a un nom : On This Day. Elle vient se rajouter à tout un arsenal de trouvailles (les vidéos Year in review par exemple) et permet de remonter le temps, de se remémorer un visage, sa propre jeunesse, une soirée entre amis, etc. Selon un article scientifique paru dans la presse américaine, cette manière de faire remonter les souvenirs à la surface permettrait même d’améliorer les performances du cerveau, puisque « dix minutes de remémoration seraient plus efficaces que dix minutes d’apprentissage ». Oui, mais ça, c’était avant que On This Day ne vous présente automatiquement la photo d’un(e) de vos ex, ou de vos proches décédés.

    « Le journal [de Facebook] c’est l’histoire de votre vie, une nouvelle façon d’exprimer qui vous êtes. » (Mark Zuckerberg)

    La nostalgie a de l’avenir. Facebook et le souvenir, c’est une longue histoire d’amour. On irait même en fait plus loin : c’est son principal business. Le « journal » du réseau social, par exemple, permet de retracer le cheminement de nos vies ; et les plus courageux (ou nostalgiques) passent souvent des heures à faire défiler la timeline, à la manière d’un album photo dont on tournerait les pages. Derrière ce cadeau du réseau social à ses utilisateurs, en vérité, c’est surtout une marchandisation des informations qui se joue : une fois publiées, toutes nos datas (statuts, photos, vidéos) n’ont à priori plus aucune utilité, elles sont périmées. Bémol : elles coutent cher en stockage pour Facebook qui, du coup, est méchamment tenté de vous les resservir sur un plateau pour, on vous le donne dans le mille, vous suggérer de les repartager à nouveau (et donc passer encore plus de temps sur Facebook).

    Souviens-toi de m’oublier. Comme l’Obs le rappelait voilà deux ans, c’est une énorme fabrication de madeleines de Proust qui se joue en trame de fond. Dans Le monde expliqué aux vieux de Fabien Benoit, le chercheur Nathan Jurgenson explique pour sa part que « le réseau social joue sur notre corde sensible, notre sens de la nostalgie, il nous invite à voir notre présent comme quelque chose dont nous pouvons être instantanément nostalgiques, [comme si nous naviguions dans] une sorte de futur-passé ». À partir de là, il est clairement établi que l’objectif du premier réseau social au monde n’est plus de vous aider à vous faire le maximum d’amis, mais à rentabiliser les datas vous concernant. Et si « tout doit devenir social », comme le rappelle souvent Zuckerberg, il n’y a plus de limites à l’exploitation de vos propres souvenirs.

    À la question initiale, la réponse est donc oui : Facebook veut vous rendre nostalgique. Dès lors, c’est à vous d’agir pour désactiver cette option hypnotisante en cliquant sur votre propre On This Day, ne serait-ce que pour configurer les périodes que vous ne tenez absolument pas à revivre, même virtuellement. À la manière de la géolocalisation, qui s’est depuis longtemps substituée à notre sens de l’orientation, c’est le contrôle de vos souvenirs qui est ici en jeu. Ne laissez pas un groupe valorisé à plus de 400 milliards de dollars en bourse en faire usage à vos dépens.

    Vous aimerez aussi

    Portraits

    Votre vote a bien été pris en compte. Revenez demain pour voter à nouveau. Pour savoir si votre candidat préféré fait partie des 5 projets sélectionnés pour le Grand Oral, abonnez-vous à la page Facebook de Détours.

    Votre vote a déjà été pris en compte pour ce projet. Revenez demain pour voter à nouveau.