Face à la montée des eaux, les Maldives inaugurent un aéroport flottant
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
Detour
Face à la montée des eaux, les Maldives inaugurent un aéroport flottant
Hilaire Picault |  18/08/2021 18:01
Face à la montée des eaux, les Maldives inaugurent un aéroport flottant

Ouvert au début du mois, le terminal de Velana Airport accueille 85 appareils qui relient les îles de tout le pays depuis ses pontons. Logique, puisque ce sont majoritairement des hydravions.

Au-delà des selfies de rêve sur les plages de sable blanc entourées d’eau turquoise, la réalité des Maldives est plus inquiétante. Cet archipel de l’océan Indien, victime du dérèglement climatique, se prépare à une montée des eaux telle qu’elle va engloutir le millier d’îles maldiviennes. Pour conserver la mobilité entre ses atolls, les Maldiviens et les nombreux touristes comptent sur un réseau d’hydravions.

Face aux records de touristes accueillis chaque année, l’aéroport de Velana se devait d’ajouter un terminal et des infrastructures d’entretien. Mais pour éviter que ceux-ci soient submergés dans les années à venir, le pays a finalement opté pour un réseau de pontons et d’embarcadères flottants. Ouvert début août, cet aérodrome marin accolé à l’aéroport a enfin été construit par les chantiers chinois de BUCG.

La construction ajoute 11000 m² à l’aéroport dont 2 hangars de maintenance, un quai dédié aux réparations et tests des moteurs, des bureaux et stockages et, bien sûr, des pontons pour les hydravions qui desservent les 220 îles habitées. Paradoxalement, la multiplication des avions n’est pas qu’une bonne nouvelle pour les Maldives. Si leur économie dépend drastiquement de ces transports (le tourisme seul pèse pour 40 % du PIB), les émissions CO2 dégagées par ces véhicules n’aident pas leur situation.

Selon les simulations des climatologues, la mer montera de 2 mètres d’ici la fin du siècle alors que 80 % des îles des Maldives émergent de moins d’1 mètre au-dessus de l’eau. Le point culminant du pays atteint 2,30 mètres, raison pour laquelle il accueille… un centre de traitement des déchets. Sans compter que le réchauffement climatique s’accompagne d’une destruction des récifs coralliens qui soutiennent les atolls. À moins d’un tourisme éco-responsable et d’une aviation zéro émission, le pays est condamné à construire des îlots artificiels pour se relocaliser dans les années à venir ou devenir une nation de réfugiés climatiques.

Photos : BUCG (c)

Deja demain

VOUS AIMEREZ AUSSI
Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page
Newsletter

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire
De quelle solution mobilité avez-vous besoin aujourd'hui?
Retour
De quelle solution mobilite avez vous besoin aujourd'hui?
Faites votre choix !