L'abri du futur: un igloo rempli de criquets à manger
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
Detour
L’abri du futur: un igloo rempli de criquets à manger
Redac Détours |  21.07.2016
L'abri du futur: un igloo rempli de criquets à manger

Plus sympa qu'un bunker, non ?

Une ONG américaine a inventé la “Cricket Shelter Farm”, un igloo de plastique qui peut servir de refuge en cas de catastrophe naturelle. Les parois abritent des milliers de criquets pour avoir des protéines sous la main.

Quand l’apocalypse arrivera, vous pourrez bel et bien vous retrouver dans une ferme à crickets. En tout cas, c’est le pari de Terreform Open Network Ecology (ONE), une ONG basée à New York. Le but de leur “Cricket Shelter Farm” – soit le “refuge-ferme à criquets” : protéger les humains en cas de catastrophe tout en les nourrissant. Plus sympa qu’un souterrain Cricket Shelter Farm” – soit le “refuge-ferme à criquets” : protéger les humains en cas de catastrophe tout en les nourrissant. Plus sympa qu’un souterrain en béton lambda, non?

Cette “ferme” est une sorte d’igloo composé de 264 alvéoles de plastique, qui sont autant de “maisons” pour les criquets. Lorsque les criquets sont en surnombre, ils sont cannibales. Alors pour éviter le massacre, il faut qu’ils puissent se déplacer d’alvéole en alvéole.

La ferme qui encore à l’état de prototype – peut produire jusqu’à 22 000 insectes toutes les six à douze semaines. Des bestioles prêtes à être mangées par des humains affamés. Surtout, cet habitat modulable peut être reproduit très facilement et a le mérite d’avoir un design épuré.

Une production locale pour les gastronomes urbains

“C’est un mix entre un refuge et une ferme verticale, mais c’est aussi un moyen intelligent et hygiénique d’apporter des protéines provenant d’insectes à la gastronomie”, selon lui. Il espère ainsi pouvoir produire localement, et en milieu urbain, des insectes qui pourraient ensuite se retrouver dans nos assiettes, au restaurant.

Les créateurs de cette ferme rappellent qu’il y a peu, les Américains ne mangeaient pas de poisson cru et qu’aujourd’hui ils raffolent des sushi. Pourquoi ne se mettraient-ils pas aux insectes ? “Manger un criquet trempé dans du chocolat, ça ne m’intéresse pas. C’est ridicule !” reconnait Mitchell Joaquim pour conseiller le plus sérieusement du monde des recettes plus élaborées: des pâtes ou des bonbons à base de farine d’insectes, ou bien des boissons à la vodka au criquet.

VOUS AIMEREZ AUSSI
Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page
Newsletter

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire