Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    Fabriquez vos cosmétiques vous-même (si vous y arrivez…)

    Produits testés sur les animaux, ingrédients douteux et fabricants qui craquent sur les prix : voilà autant de raisons d’emboîter le pas de ces Françaises qui confectionnent déjà leur shampoing, leur dentifrice ou leur maquillage à la maison.

    Mon maquillage m’a tueR. Ce sont des choses qu’on entend de plus en plus. « Tel shampoing me file des démangeaisons », « tel savon me flingue la peau », « à cause du parabène dans mon dentifrice, je n’ai plus de libido… » Bon, OK, le dernier, on vient de l’inventer, mais au demeurant, c’est tout à fait crédible. Si certains candidats ont tellement insisté sur les perturbateurs endocriniens lors des dernières élections présidentielles, c’est bien qu’il y a un couac ! Alors, pour agir et pas seulement se lamenter, de plus en plus de femmes (mais certains hommes aussi) s’adonnent désormais aux joies de la fabrication de cosmétiques à la maison.

    Éthique esthétique. On pourrait penser de prime abord que la santé est la motivation principale à franchir cette barrière. Cela joue beaucoup, bien sûr, mais parmi les adeptes, certaines le font pour échapper à la tyrannie des marques, du marketing et des prix exorbitants. D’autres pensent planète et écologie. Cela se traduit par le recours à des produits sains issus d’une agriculture respectueuse de l’environnement. Cette pratique permet aussi de réutiliser les contenants (donc moins de déchets). Enfin, vous vous assurez que le seul cobaye sera vous-même et en aucun cas des animaux.

    Bon, réaliser ses produits soi-même, ça signifie quoi ? Exactement ce que ça sous-entend. Savons parfumés, déodorants, shampoings, crèmes pour les cheveux, masques pour la peau, dentifrices et même produits ménagers (lessives, produit vaisselle, éponges écologiques japonaises…)… techniquement, et en disposant des bons produits et des bonnes recettes, vous allez pouvoir tout faire. Il va falloir évidemment investir dans des matières premières de base : des flacons de bicarbonate de soude, de blanc de Meudon, de l’argile blanche, des huiles essentielles, des beurres végétaux, des eaux florales… Et voilà, le monde de la slow cosmétique s’ouvre à vous.

    Les cosmétiques maison ne se gardent pas très longtemps, justement parce qu’on évite de les saturer de conservateurs chimiques.

    Séquence « toi-même fais-le ». Pour ce qui est de mettre la main à la pâte, les spécialistes aiment justement dire que concevoir ses produits de beauté soi-même, c’est comme faire de la cuisine.

    On utilise les mêmes ustensiles : balance de précision, bol en inox, spatules, cuillères, verre doseur…

    – De la même façon, les règles d’hygiène relèvent du bon sens. On se lave les mains avant de manipuler les produits, on désinfecte les ustensiles à l’alcool avant et après utilisation et tant qu’à faire on met des étiquettes avec des dates partout pour éviter d’utiliser des produits périmés. C’est un principe qu’il faut avoir en tête : les cosmétiques maison ne se gardent pas très longtemps, justement parce qu’on évite de les saturer de conservateurs chimiques de la mort.

    On confectionne des petites quantités. D’autant que les premiers essais ne sont pas toujours les plus convaincants. Il est très probable que vous trouviez votre premier dentifrice trop liquide ou que votre shampoing ne mousse pas assez. Alors, il va falloir apprendre à ajouter un peu d’huile de ci ou un peu d’extrait de ça pour arriver au résultat souhaité. Plus qu’un maquilleur, voilà que vous devenez aussi chimiste…

    Les liens utiles. Et, justement, pour celles et ceux qui ne se sentiraient pas complètement rassuré(e)s à l’idée de se lancer du jour au lendemain, en plus des blogs Do It Yourself (Je suis modeste, Antigone 21) et des ouvrages (Cosmétiques bio à faire soi-même, Maquillage à faire soi-même), il existe désormais des ateliers partout en France pour apprendre à réinventer les produits de son quotidien avec des professionnels. À Paris, vous pourrez vous rendre chez Aroma-Zone ou La Souris Verte, à Rouen l’association Zéro Déchet organise régulièrement des ateliers, même chose chez Mandelines Bio à Lyon, moyennant environ une cinquantaine d’euros pour un atelier de trois heures.

    Vous aimerez aussi

    Utilisation des cookies

    Découvrez comment fonctionnent les cookies et comment changer vos paramètres. Si vous continuez à utiliser notre site sans changer vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies sur notre site.

    Votre vote a bien été pris en compte. Revenez demain pour voter à nouveau. Pour savoir si votre candidat préféré fait partie des 5 projets sélectionnés pour le Grand Oral, abonnez-vous à la page Facebook de Détours.

    Votre vote a déjà été pris en compte pour ce projet. Revenez demain pour voter à nouveau.