Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    L'INNOVATION S'EXPLORE AVEC

    Edité par

    L'INNOVATION S'EXPLORE AVEC

    Edité par

    Pour être plus heureux : désobéissez

    Vous en avez marre de suivre les règles ? Philosophes et comportementalistes disent que vous avez raison : transgresser les codes ferait de vous une personne bien plus épanouie. Voilà donc 5 raisons de désobéir, tous les jours.

    1. Être en phase avec soi-même.

    Dire « non », c’est faire un premier pas vers le bonheur. Dans une interview pour Elle à propos de son ouvrage Désobéir, le philosophe Frédéric Gros définit cet acte comme : « Reprendre la main sur sa liberté, sa marge de manœuvre, sa capacité d’initiative. » La solitude, selon lui, ne nous enferme pas dans une singularité, mais au contraire elle « nous ouvre au sens de la justice, de la solidarité ».

    Frédéric Gros n’appelle évidemment pas à tout cramer sur votre passage, mais à entamer plutôt une révolution intime afin de mieux se retrouver soi-même : « Désobéir à la course permanente, c’est se donner les moyens d’être présents à nous-mêmes. Retrouver ce plaisir d’être un peu en compagnie de soi. » Eh oui, lâcher deux heures son portable, c’est déjà un début de désobéissance.

    2. Devenir unique.

    Dans Foutez-vous la paix ! Et commencez à vivre, le philosophe Fabrice Midal se rappelle d’une anecdote : enfant, lors d’un concours de château de sable, alors qu’il s’était appliqué à modeler donjon, tours et douves, il s’est fait ravir la victoire par sa propre sœur qui avait conquis le cœur du jury avec une magnifique… coccinelle ! Depuis ce jour, Fabrice Midal ne cherche plus à suivre aveuglément les règles : « Je m’autorise à un rapport complètement neuf, complètement vivant, aux règles et à la discipline. Je ne me plie pas à une règle parce que c’est une règle ; je l’intègre quand elle me rend plus libre. Sinon, j’essaie de la questionner. » Bref, ne soyez pas des moutons.

    3. Protéger notre société.

    Nuit debout, panneaux géants de publicité vandalisés, occupation citoyenne contre un projet de barrage ou d’aéroport, hébergement de migrants en situation irrégulière… Une partie d’entre nous a décidé de montrer son indignation autrement que par de sages pétitions ou de prudentes manifestations.

    Loin d’être des empêcheurs de tourner en rond, les « désobéisseurs » sont nécessaires à la société.

    Dans leur ouvrage Pourquoi désobéir en démocratie, Sandra Laugier et Albert Ogien écrivent que « la désobéissance est au fondement de la démocratie ». Ils expliquent que la désobéissance est l’outil permettant à la voix individuelle de trouver sa place dans la voix collective. Surtout lorsque nos chers et tendres gouvernants tiennent pour un peu trop acquises la légitimité et la représentativité de notre parole. En clair ? La désobéissance serait le garde-fou du peuple. Rien que ça.

    4. Créer un monde meilleur.

    En 2015, lors d’une conférence TED, un homme avec un léger accent ch’ti s’avance sur scène et commence son histoire. Il s’appelle Jean-François Caron et est maire (EELV) de Loos-en-Gohelle dans le Pas-de-Calais depuis 2001. L’édile raconte comment il s’est battu pour faire sortir sa commune du marasme en faisant inscrire le bassin minier au patrimoine mondial de l’UNESCO, en équipant les églises de panneaux solaires ou en organisant du parapente depuis le haut du terril. À un moment, Caron lâche : « Quand on doit inventer un monde, il faut faire des innovations. Et une innovation, c’est une désobéissance qui a réussi. »  Prêt à réussir ?

    5. Libérer sa créativité.

    Cet énoncé a tellement séduit les animateurs de TED qu’ils viennent d’organiser en juin dernier une série de conférences sur le thème des « Désobéissances ». Intervenante, la psychothérapeute Jeanne Siaud-Facchin expliquait pourquoi chacun de nous devrait être un peu moins obéissant : « Désobéir, c’est s’octroyer la possibilité de prendre des chemins de traverse. Chacun devrait pouvoir s’octroyer la possibilité de sortir des autoroutes pour explorer d’autres voies. De faire un pas de côté, de voir les choses autrement pour élargir sa créativité. » Moralité : soyez rebelle, vous ouvrirez des horizons.

    Vous aimerez aussi

    Portraits

    Utilisation des cookies

    Découvrez comment fonctionnent les cookies et comment changer vos paramètres. Si vous continuez à utiliser notre site sans changer vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies sur notre site.

    Votre vote a bien été pris en compte. Revenez demain pour voter à nouveau. Pour savoir si votre candidat préféré fait partie des 5 projets sélectionnés pour le Grand Oral, abonnez-vous à la page Facebook de Détours.

    Votre vote a déjà été pris en compte pour ce projet. Revenez demain pour voter à nouveau.