Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    Idée de génie : recycler des bouteilles en lampes solaires

    À partir de bouteilles en plastique recyclées et de moins de dix euros de matériel, l’ONG « Liter of Light » enseigne aux personnes privées d’électricité la fabrication de lampes DIY fonctionnant à l’énergie solaire. Soudain, c’est toute la vie qui s’allume.

    Et la lumière… fut. On ne le sait pas forcément, mais près d’1,5 milliards de personnes dans le monde ne disposent pas d’accès à l’électricité. Pour s’éclairer la nuit, elles ont recours à des lampes à pétrole ou des bougies, avec la pollution et les risques d’accident qu’on imagine. Pour leur venir en aide, l’ONG Liter of Light (« Un litre de lumière ») a inventé une lampe autonome, facile à fabriquer, qui fonctionne à l’énergie solaire. Impliqués sur le terrain, ils enseignent le montage et fournissent éventuellement les pièces.

    Frotter la lampe. Tout ce dont ils ont besoin, c’est d’une bouteille d’eau vide, un tube en PVC, un circuit imprimé, une ampoule LED, une batterie rechargeable et une cellule solaire. Coût total : environ neuf euros. Une fois assemblé, le système capte l’énergie solaire pendant la journée et la restitue à la nuit tombée. L’autonomie est d’une dizaine d’heures et la puissance suffisante pour éclairer une pièce de 15 mètres carrés.

    À force d’amélioration, l’ONG a déjà décliné sa lampe open source en deux produits supplémentaires : un dispositif de jour, qui coûte environ deux euros, et surtout un véritable lampadaire (environ 75 euros de matériel) qui permet d’envisager un développement du projet à des fins communautaires.

    Pleine puissance. Bien au-delà d’un énième DIY, c’est véritablement d’empowerment dont il est question. Dans une interview donnée au magazine Novethic, Olivier Lasbouygues, le président français de l’ONG, se félicite « que chacun puisse s’approprier le système et avoir accès à l’éclairage. C’est pourquoi le produit est très simple à reproduire, pas très cher et accessible à tous en open source.» Cette solution se veut aussi simple que respectueuse de l’environnement. Une plus-value qui ne passe pas inaperçue : des micro-entrepreneurs africains et asiatiques fabriquent désormais eux-mêmes lampes et lampadaires-bouteilles pour les revendre avec une légère mais salutaire marge.

     Selon l’ONG, 200 personnes vivent aujourd’hui de la fabrication de leurs luminaires.

    Encourageant la démarche, Liter of Light n’hésite pas à fonctionner comme un organisme de micro-crédit et à avancer pièces et outils de montage. Surtout, 500 000 bouteilles et des milliers de lampadaires ont été installés dans le monde, ouvrant des perspectives lumineuses dans la vie de millions de gens. Une initiative qui apporte de l’eau à bien des moulins.

    Vous aimerez aussi

    Utilisation des cookies

    Découvrez comment fonctionnent les cookies et comment changer vos paramètres. Si vous continuez à utiliser notre site sans changer vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies sur notre site.

    Votre vote a bien été pris en compte. Revenez demain pour voter à nouveau. Pour savoir si votre candidat préféré fait partie des 5 projets sélectionnés pour le Grand Oral, abonnez-vous à la page Facebook de Détours.

    Votre vote a déjà été pris en compte pour ce projet. Revenez demain pour voter à nouveau.