Éternuer au volant cause-t-il plus d'accidents ?
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
Detour
Éternuer au volant cause-t-il plus d’accidents ?
Robin Ecoeur |  23/12/2021 10:02
Éternuer au volant cause-t-il plus d'accidents ?

Une étude affirme que les effets d’un rhume ou d'une grippe diminuent de moitié les aptitudes au volant. Et quand on éternue, on ferme les yeux, et les risques d’avoir un accident augmentent...

Aaaaaatchoum. C’est la période. Le nez coule. Le front est peu chaud. La gorge nous irrite. Et on a besoin de vitamine C le matin avec le café pour braver le froid et la routine. On est en hiver, et même si les symptômes sont parfois les mêmes que la Covid-19, il peut aussi s’agir d’une infection ORL (ce qu’on appelle la rhinopharyngite). Mais est-ce grave pour la conduite, docteur ? La réponse : ça peut l’être, oui.

Éternuer au volant, la mort au tournant. En 2012, la société d’assurance Young Marmelade a mené une enquête sur l’habilité des conducteurs enrhumés. Les conclusions se sont avérées surprenantes, puisque prendre la route avec les symptômes d’un rhume diminuait de moitié les aptitudes au volant, comme le rapporte CBS. Ça serait comme conduire après avoir bu quatre gros verres de whisky. Une personne malade serait moins concentrée, mettrait plus de temps à freiner et serait moins attentive aux dangers sur la route. Des données confirmées par des chercheurs de l’université de Cardiff, qui ont démontré que les chauffeurs les moins alertes sur la route ont trois fois plus de chance de perdre le contrôle de leur véhicule. Par exemple, éternuer ou tousser peut provoquer des tremblements et faire fermer les yeux, ce qui peut affecter le comportement du conducteur. Mais ces résultats sont à prendre avec des pincettes puisqu’en 2009, la Lloyds TSB Insurance estimait qu’avoir un rhume ne diminuait les capacités d’un conducteur que de 11%. L’équivalent d’un seul verre d’alcool fort, et non quatre.

Que faire ? Sans grande surprise, le plus sûr, quand on est réellement malade, est d’éviter de prendre la route. « Vous ne devriez pas conduire si vous ne vous sentez pas bien. Le meilleur endroit où se trouver quand on a la grippe ou un gros rhume, c’est chez soi, mais si vous devez vraiment sortir, demandez à quelqu’un d’autre de vous accompagner et évitez de conduire », explique Mark Dolphins de l’entreprise Halfords, partenaire de la société d’assurance Young Marmelade pour l’étude de 2012.

Si vous n’avez pas d’autres choix que de conduire, c’est à vous d’évaluer si vous vous en sentez capable. Est-ce que vos maux de tête vous empêchent de vous concentrer ? Est-ce que vous éternuez souvent ? Est-ce que vous avez la force de vous aventurer sur la route ? Ayez conscience des dangers supplémentaires et adaptez votre conduite en conséquence. Il est par exemple conseillé d’agrandir les distances de sécurité, de réguler sa vitesse et de prendre plus de précautions. Il existe aussi des « techniques » pour éviter l’éternuement, comme se pincer le nez ou se moucher régulièrement. Mais malheureusement, ce ne sont pas des solutions miracles.

insolite

VOUS AIMEREZ AUSSI
Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page
Newsletter

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire
De quelle solution mobilité avez-vous besoin aujourd'hui?
Retour
De quelle solution mobilite avez vous besoin aujourd'hui?
Faites votre choix !