Et si on roulait tous à l'huile de friture pour payer l'essence moins chère ?
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
Detour
Accueil / Inspirer / Et si on roulait tous à l’huile de friture pour payer l’essence moins chère ?
Et si on roulait tous à l’huile de friture pour payer l’essence moins chère ?
LA NOUVELLE MOBILITE S'EXPLORE AVEC
Edité par
LA REDACTION |  07/04/2022 10:31
Et si on roulait tous à l'huile de friture pour payer l'essence moins chère ?

Le prix à la pompe ayant atteint des sommets, les Français sont tentés de trouver des alternatives. Mais les risques légaux et mécaniques sont nombreux. Alors, idée de génie ou carrément stupide ?

Adieu diesel. Pendant des décennies, acheter une voiture diesel était un investissement qui permettait de faire des économies à la pompe. Ce n’est plus qu’un souvenir maintenant : le litre d’essence avoisine les 2 € quand le gazole dépasse les 2,20 €. Même avec la remise remise gouvernementale de 18 centimes, cela reste cher. Dès lors, certains se mettent à phosphorer pour trouver des substituts à glisser dans leur réservoir. Dont certains se trouvent déjà dans votre cuisine…

Ceux qui ont fait un peu de physique-chimie durant leurs études le savent déjà : la composition de certaines huiles de fritures (usagées) est assez proche du gazole et un véhicule diesel pas trop récent pourra les tolérer comme carburant. De même pour le fioul de chauffage ou le pétrole lampant (destiné aux antiques lampes). Autant de produits peu taxés et largement moins chers que le gazole. Pourtant les risques sont nombreux.

1. C’est interdit. La loi encadre sérieusement tout ce qui concerne nos carburants et vous n’avez pas le droit d’utiliser n’importe quel produit comme substitut. En faisant le plein avec ces carburants alternatifs, vous prenez le risque de voir votre véhicule confisqué et d’écoper d’une peine de prison et d’une amende en cas de contrôle par les services des douanes. Car c’est ce service et non la gendarmerie qui est concerné légalement; votre infraction étant liée à une consommation d’un produit non autorisé ainsi qu’à un défaut de règlement de taxes sur les produits pétroliers (TIC et TVA).

2. C’est dangereux. Si les vieux véhicules diesel ne feront pas la différence, les récents sont tout bonnement incompatibles. Et même si vous surveillez les injecteurs et les chambres de combustion pour éviter les dépôts, les risques de panne existent ainsi que des dommages mécaniques irréversibles.

3. Cela peut vous coûter cher. En plus de l’amende évoquée plus haut (dont le montant dépend de classifications douanières), le fait de rouler avec un carburant non-homologué est une infraction à votre contrat d’assurance et votre compagnie pourrait refuser de régler toute réparation sur le véhicule. De même, la garantie constructeur est annulée si vous ne respectez pas le carburant pour lequel le véhicule a été conçu. La moindre panne pourrait alors vous coûter bien plus qu’un plein.

Résultat des courses : il vaut mieux ne pas tenter le diable en roulant à l’huile de friture. C’est d’autant plus rageant qu’en dehors de la France, nombre de voisins européens autorisent ces substituts mélangés à du carburant traditionnel. Plus cynique encore : à la création de son moteur, Rudolf Diesel voulait qu’on puisse rouler à l’huile de cacahuète, mais les industriels l’ont convaincu de préférer un produit pétrolier… Voilà qui ne manque pas de sel.

insolite

VOUS AIMEREZ AUSSI
Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page
Newsletter

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire
De quelle solution mobilité avez-vous besoin aujourd'hui?
Retour
De quelle solution mobilite avez vous besoin aujourd'hui?
Faites votre choix !