Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    L'INNOVATION S'EXPLORE AVEC

    Edité par

    L'INNOVATION S'EXPLORE AVEC

    Edité par

    Essence trop chère ? L’Égypte invente la voiture qui roule à l’air comprimé

    Des étudiants égyptiens ont fabriqué une voiturette qui tourne sans essence et coûte moins de 1000 euros à fabriquer. Deux façons d’économiser quand le prix du pétrole grimpe sans fin.

    La dernière goutte. Les prix à la pompe ne cessent d’augmenter, étranglant les automobilistes dans une période où ils circulent plus que jamais. En un an, le diesel – qui représente 80% des ventes de carburant – a grimpé de 21%, franchissant le seuil d’1,45 euro par litre. De son côté, le Sans Plomb 95 a pris 15%, pour arriver à 1,54 euro le litre.

    En cause, le cours du baril de pétrole qui flambe suite aux diverses négociations entre Trump et l’Iran, mais pas seulement. Il y a aussi la hausse de la taxe carbone et l’alignement des charges sur le diesel pour rattraper celles pesant sur le SP95. Deux paramètres qui vont encore s’alourdir dans les années à venir. Une situation douloureuse pour nous, mais qui étouffe aussi le reste du monde. Ce qui a conduit de jeunes étudiants égyptiens à inventer une voiturette sans essence. Pour la rendre accessible au plus grand nombre, plutôt qu’une quelconque source d’électricité, ils ont préféré exploiter… de l’air.

    Plein gaz. Parti d’un schéma de kart, les étudiants de l’université d’Helwan, dans la banlieue du Caire, ont conçu ce véhicule individuel, surbaissé et ultra léger tirant profit de deux bonbonnes d’air comprimé. Selon ses inventeurs, les tests ont montré que la voiturette pouvait atteindre 40 km/h et possédait une autonomie de 30 kilomètres avant de devoir remplacer sa bonbonne d’oxygène. Le résumé que livrait l’un de ses inventeurs à Reuters est clair : « Vous ne payez pas de carburant et vous n’avez pas besoin de refroidissement. »

    « Le coût opérationnel du véhicule sera… presque nul » (Mahmoud Yasser, l’un des inventeurs)

    Manque pas d’air. Les grognons vont craindre les explosions en cas d’accident et montrer du doigt l’incapacité à rouler sur des sols accidentés, mais cette invention reste une piste pour des déplacements en ville bien plus économiques : « Le coût opérationnel du véhicule sera… presque nul », confiait Mahmoud Yasser, l’un des inventeurs, avançant un montant de 18 000 livres égyptiennes, soit 870 euros. Ce prototype n’était qu’un projet de première année mais ces étudiants veulent désormais lever des fonds pour l’améliorer. Ils visent une vitesse maximale de 100 km/h et une autonomie équivalente. Osons le dire, s’il arrivent à développer cette voiturette à air, alors on pourra tous souffler.

    Vous aimerez aussi

    Portraits

    Votre vote a bien été pris en compte. Revenez demain pour voter à nouveau. Pour savoir si votre candidat préféré fait partie des 5 projets sélectionnés pour le Grand Oral, abonnez-vous à la page Facebook de Détours.

    Votre vote a déjà été pris en compte pour ce projet. Revenez demain pour voter à nouveau.