Ces entrepreneurs à vélo veulent "disrupter" les centres-villes
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
Detour
Ces entrepreneurs à vélo veulent “disrupter” les centres-villes
Vincent Pons |  29.04.2019
Ces entrepreneurs à vélo veulent "disrupter" les centres-villes

Grâce au collectif des Boîtes à Vélo, artisans, informaticiens ou cuisiniers se regroupent pour proposer aux centres-villes leurs talents et répondre aux problématiques de la piétonisation.

Lancé en 2012, à Nantes, le collectif des Boîtes à Vélo fait la promotion de la logistique urbaine avec des véhicules doux. En faisant le pari du cycle, ils prennent le contre-pied des véhicules motorisés en accrochant à leur monture des boîtes qui leur permettent de sillonner la ville, sans problèmes de circulation et de stationnement.

Nous avons discuté avec Sonia Boury, présidente de l’association Boîtes à Vélo Nantes, afin qu’elle nous explique le concept et les avantages de se réunir à plusieurs autour d’un thème : l’amélioration de la mobilité urbaine. 

D’où vous est venue l’idée de l’association Boîtes à Vélo ? 

L’association est née à Nantes, de rencontres entre différents entrepreneurs à vélo. Nous avons d’abord décidé de créer une page Facebook pour se filer de bons tuyaux. Peu après, un article est sorti qualifiant l’initiative de boîtes à vélo, nom que nous avons repris. Puis, nous avons gagné de nombreux prix, ce qui nous a fait formaliser le collectif en association en 2015. 

Quels sont les buts de l’association ? 

Premièrement, c’est de pouvoir dynamiser son réseau localement et de trouver des nouveaux clients. Deuxièmement, c’est de rassembler des entrepreneurs proches de nos idéaux et prêts à discuter sur les contraintes du vélo en ville. Il s’agit de se regrouper pour offrir des facilités à se lancer dans le projet, par exemple une aide pour assurer son véhicule et sa marchandise. De plus, nous proposons des ateliers comme le développement de l’entreprenariat au féminin.

Comment faire pour devenir membre des Boîtes à Vélo ?  

Cela se fait au niveau national, directement avec Boîtes à Vélo France qui va vérifier les motivations de l’adhérent. Pour nous rejoindre, il faut surtout que la personne utilise et promeuve le vélo dans ses déplacements et adhère au concept et à la charte.

Ce niveau national, comment s’est-il construit ? 

Intéressés par l’idée, des entrepreneurs grenoblois ont contacté notre association. Nous leur avons expliqué notre concept, que nous ne voulions pas faire de choses payantes et ça leur a plu. Après cela, nous nous sommes dit qu’il serait plus intelligent de se regrouper sous la même appellation que d’avoir chacun notre nom de notre côté. Dès lors, nous avons créé une freechise [une franchise gratuite, ndlr]. De nombreuses villes ont suivi comme Paris, Lyon, Bordeaux ou Strasbourg suite à un congrès organisé à Angers en 2019.

Avec notre initiative, on peut mettre 5 vélos là où se gare un seul camion.

Quel impact une association telle que la vôtre a sur les centres-villes ?  

Les centres-villes se “piétonisent” de plus en plus, restreignant l’accès aux véhicules motorisés. Les habitants se voient alors refuser des services de dépannage ou de livraison au quotidien. Avec notre initiative, on peut mettre cinq vélos là où se gare un seul camion et ce n’est pas le seul avantage. Suite à la réduction de la vitesse dans les centres-villes à 30 km/h, on constate que le vélo sera toujours le premier arrivé grâce à la mise en place de pistes cyclables adaptées. Sans oublier qu’il diminuera la diffusion de monoxyde de carbone ainsi que les nuisances sonores.

Dans Boîtes à Vélo, il y a vélo. Quels types utilisez-vous ? 

Chacun choisit sa propre monture en fonction de son besoin dans le temps. Des entrepreneurs vont avoir un vélo classique assisté ou non, d’autres vont atteler une remorque pour porter des charges plus lourdes. Nous travaillons avec des fabricants de vélos français offrant des remorques auto-assistées hautement technologiques. 

Après la France, avez-vous pour projet de vous développer à l’international ? 

Nous avons eu des demandes de Londres et de Florence, nous commençons à avoir des touches un peu partout. Nous avons cherché et nous n’avons trouvé aucune équivalence d’association de ce type dans d’autres pays. Nous espérons aller loin, l’idée est de pouvoir apporter des services à tous ceux qui veulent se lancer à vélo.

Pour en savoir plus et adhérer sur les Boîtes à Vélo, c’est par ici.

centre-ville Nantes vélo

VOUS AIMEREZ AUSSI
Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page
Newsletter

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire