En Norvège, les transports en commun vous paient... pour marcher
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
Detour
En Norvège, les transports en commun vous paient… pour marcher
Amélie Drouet |  16.08.2019
En Norvège, les transports en commun vous paient... pour marcher

Pour alléger les bus et tramways d’Oslo aux heures de pointe, l’exploitant indemnise ceux qui préfèrent la marche… avec des tickets gratuits.

Pokémon Go, version bus. À la manière du jeu mobile culte, l’application de Ruter – l’opérateur des transports publics d’Oslo – traque les déplacements des utilisateurs via leur podomètre et accéléromètre. Pour chaque distance supérieure à 400 mètres parcourue à pied ou à vélo plutôt qu’en voiture, ils accumulent des points. À la clé, aucun œuf à faire éclore, mais la possibilité d’échanger ses points contre un aller simple, un pass journée ou un pass semaine en bus ou tramway.

Un kilomètre à pied rapporte 25 centimes d’euro aux heures de pointe.

Le bus qui vous fait courir à côté. Quel intérêt, pour un exploitant de transports en commun, à détourner les usagers de son service ? “Nous cherchons à utiliser ces mécanismes pour amener les gens à marcher, ou à faire du vélo, aux heures de pointe, quand les tramways et bus sont complets“, justifie Marius Røstad de Ruter. L’application rémunère en effet davantage à ces moments de la journée : l’équivalent de 2,4 couronnes (25 centimes) par kilomètre, contre 10 centimes hors rush hour. En réduisant la fréquentation, la qualité du service est par la même occasion améliorée (adieu les effluves d’aisselles du jeudi soir).

(c) Siri Øverland Eriksen

Hiérarchie des transports. Il s’agit aussi de motiver les gens à faire “le bon choix” : privilégier la mobilité douce aux moteurs, et préférer les transports en commun à la voiture individuelle. D’où la possibilité d’échanger ses points en tickets de bus ou de tram. Dans un premier temps, un nombre de personnes limité testera cette nouvelle fonctionnalité. “Nous savons qu’un tel dispositif fonctionne. Mais nous n’en savons pas assez sur son coût“, précise Marius Røstad, qui n’exclut pas d’étendre le service en périphérie de la capitale. Leur équivalent danois a aussi annoncé suivre l’expérimentation de près, pour mettre en place un système similaire. Le progrès est (hum) en marche.

Marche Oslo Transports en commun

VOUS AIMEREZ AUSSI
Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page
Newsletter

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire