En France, les voitures électriques consomment seulement 0,2 % de la production d'électricité
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
Detour
En France, les voitures électriques consomment seulement 0,2 % de la production d’électricité
LA NOUVELLE MOBILITE S'EXPLORE AVEC
Edité par
LA REDACTION |  01/06/2021 10:28
En France, les voitures électriques consomment seulement 0,2 % de la production d'électricité

Pas besoin de construire de nouvelle centrale nucléaire, les chiffres officiels montrent que le réseau actuel reste suffisant à alimenter les recharges de toutes les voitures pour encore de nombreuses années.

En pleine explosion. Si Enedis est le principal fournisseur d’électricité des français, c’est RTE qui gère son transport dans le pays. Or, cette société a publié ses chiffres pour mieux comprendre qui consomme quoi. On y apprend qu’un véhicule électrique consomme en moyenne 2 Mwh/an. Or, avec la croissance vertigineuse du nombre de voitures rechargeables en circulation en France (la part d’hybrides et 100 % électriques a triplé en 2020), on peut s’inquiéter de savoir si notre réseau tiendra longtemps. Réponse : carrément, il ne ressent même pas la différence.

15,6 millions de voitures branchées. Comme le rapporte Automobile-Propre.com, la France compte déjà plus de 486 000 véhicules à propulsion électrique. Une règle de trois avec le chiffre de RTE permet de calculer leur consommation annuelle : 0,97 TWh alors que notre réseau national en produit 460 TWh par an. Si vous préférez les pourcentages, le parc auto électrique français représente 0,2 % de la consommation d’énergie. Lu dans l’autre sens, cela signifie qu’on peut aujourd’hui acheminer de quoi recharger 15,6 millions de véhicules, ce qui n’arrivera que lorsque l’on aura remplacé 40 % du parc automobile, donc pas avant la fin de la décennie. Et cela sans compter ni la diversification des carburants (hydrogène, biocarburants…) ni la multiplication des productions renouvelables, comme ces bornes de recharge éoliennes ou solaires

Le pic tranquille. En suivant les projections de RTE, la croissance verte du parc auto d’ici 2035 ne représentera que 8 % de ce que notre réseau électrique alimente. Nulle crainte à avoir donc que le réseau « tombe » dans un grand blackout à cause des recharges. Car parallèlement à l’offre d’énergie, notre consommation évolue aussi et de nombreux appareils sont plus sobres. Contrairement aux chauffages (très énergivores), les véhicules ne sont pas tous branchés à la même heure. La recharge pouvant être programmée, il sera même aisé d’inciter les consommateurs à reporter leur branchement si c’était nécessaire.

Un bénéfice qui marche dans les deux sens puisque le système V2G (« vehicle to grid ») permet à une installation électrique de puiser dans la batterie de la voiture plutôt que sur le réseau afin de limiter les pics de consommation. Finalement, nos voitures (en particulier les flottes d’entreprise) pourraient même jouer le rôle de stockage pour une électricité qui pourrait très bien venir de sources renouvelables. Un coup d’accélérateur pour la transition énergétique.

Mobilité électrique Recharge électrique

VOUS AIMEREZ AUSSI
Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page
Newsletter

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire
De quelle solution mobilité avez-vous besoin aujourd'hui?
Retour
De quelle solution mobilite avez vous besoin aujourd'hui?
Faites votre choix !