En Belgique, ces infirmiers viennent soigner les sans-abri en vélo électrique
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
Detour
En Belgique, ces infirmiers viennent soigner les sans-abri en vélo électrique
Hilaire Picault |  31/08/2021 18:16
En Belgique, ces infirmiers viennent soigner les sans-abri en vélo électrique

En matière de soins, si tu ne peux aller à l’hôpital, l’hôpital viendra à toi... en pédalant.

L’hépatite C est une maladie qui se transmet par voie sanguine et qui peut avoir de graves symptômes chroniques, parmi lesquels la cirrhose. De par son mode de transmission, les toxicomanes, personnes sans domicile fixe et migrants, sont fréquemment touchés. Deux catégories qui ont des difficultés à se faire admettre dans les hôpitaux ; les premiers par discrimination et culpabilisation, les seconds parce qu’ils n’ont pas de papiers. Alors à Bruxelles, des soignants n’ont pas hésité à sortir leur vélo pour aller traiter le patient là où il est.

Au CHU Saint-Pierre de Bruxelles, une équipe de soignants et d’assistants sociaux s’est réunie pour mieux informer, dépister et traiter les formes d’hépatite C. Depuis 2019, le SAMPAS (en entier : Service d’Accompagnement Mobile Pour l’Accès Aux Soins) se rend dans les centres de désintoxication, de réinsertion, ou de soins. Et pour se déplacer, ils n’ont pas choisi de tapageuses ambulances mais de simples vélos et des vélos “longtail”. Des Tern GSD pour être précis, de 181 centimètres, et pouvant supporter jusqu’à 200 kilos.

« Nous aimons le côté pratique et écologique du vélo, et le GSD nous permet de transporter tout ce dont nous avons besoin » confie l’une des infirmières. Il faut le voir pour le croire mais c’est pourtant vrai : les vélos des SAMPAS transportent tout ce qu’il faut pour réaliser des tests rapides d’orientation diagnostiques autant qu’un Fibroscan mobile.
Plus que le matériel, c’est évidemment le contact humain et l’expertise qui font la différence. Le SAMPAS permet des consultations d’hépatologie pour construire un trajet de soin assez tôt, et assure la continuité médicale pour des malades chroniques. Car les services médico-sociaux le savent bien : à l’image de la bicyclette, toute thérapie s’écroule quand on s’arrête.

Mobilité douce

VOUS AIMEREZ AUSSI
Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page
Newsletter

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire
De quelle solution mobilité avez-vous besoin aujourd'hui?
Retour
De quelle solution mobilite avez vous besoin aujourd'hui?
Faites votre choix !