Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    Elon Musk n’a rien inventé, Léonard de Vinci avait tout imaginé voilà 500 ans

    Ne pas s’arrêter à l’apprentissage théorique, mettre en œuvre dans des fablab, c’est la logique contemporaine des « makers ». Mais c’était aussi celle de Léonard de Vinci, leur père de tous.

    Ne jamais abandonner. Léonard de Vinci (1452-1519), au débotté, on pense à lui pour sa Joconde, pour sa représentation de La Cène ou pour son Homme de Vitruve, mais du tac-o-tac, on ne se dit jamais qu’il est le premier des « makers ». Et c’est une erreur historique qu’il convient de réparer.

    Ce génie de la Renaissance incarnait exactement cet esprit. Il y avait cette curiosité insatiable, cette imagination qui dépassait toutes les limites et cette envie de toucher à tout. La peinture bien sûr. Mais aussi les mathématiques, la sculpture, la botanique, le dessin technique, l’architecture. Il y avait un esprit ensuite : ne jamais abandonner. Combien de fois de Vinci a-t-il construit des machines qui ne fonctionnaient pas… Et pourtant, inlassablement, il se remettait à l’œuvre et documentait tout son processus de travail. Aujourd’hui, c’est certain, Léo aurait son blog et sa chaîne YouTube consacrée à la culture du Do It Yourself

    Le premier scaphandre. Ses inventions notables ne manquent pas. On se souviendra par exemple que pour défendre Venise d’une potentielle attaque navale turque en 1499, de Vinci avait imaginé le premier scaphandre à casque, pour attaquer les bateaux depuis en-dessous, et un système de barrières mobiles pour protéger des attaques terrestres. L’Italien était d’ailleurs régulièrement sollicité comme ingénieur de guerre. Il a dessiné des arquebuses, des catapultes pour tenir des sièges ou encore des mortiers.

    Dans un autre genre, à la même époque, notre proto-maker a aussi imaginé des systèmes d’écluses et de canaux pour naviguer, contrebalancer les risques d’inondations dans les régions de Florence et Venise et aussi irriguer les champs toscans. De Vinci était un ingénieur renommé doublé d’un artiste respecté, tant et si bien qu’on lui demandait conseil autant pour assurer la stabilité d’un campanile à San Miniato al Monte que pour déterminer le meilleur emplacement pour le David de Michel-Ange.

    Surtout, Léonard de Vinci s’est inscrit dans le courant technicien de la Renaissance. S’il n’a pas inventé tous les prototypes de machines qu’on lui prête parfois (on pense à l’hélicoptère, au char ou au sous-marin), Léonard de Vinci a en revanche apporté sa pierre à l’édifice pour aider à la réalisation de ces engins.

    Elon Musk du 16ème siècle. Il est établi en revanche que Léonard a été parmi les premiers à s’intéresser au travail mécanique du métal, notamment dans la confection de machines à tisser ou polir des miroirs. De la sorte, l’inventeur a ouvert la voie aux machines de la révolution industrielle.

    Et même s’il n’a pas inventé l’hélicoptère, cet Elon Musk du XVIe siècle a été fasciné toute sa vie par l’idée de voler. Il nous a légué les plans les plus avancés de son époque. Il a étudié le vol des oiseaux comme personne avant lui (il en a tiré le Codex de Turin). Le maître a dessiné plusieurs machines volantes impossibles à l’instar de « La vis aérienne », l’ancêtre du drone. Et si le fail a souvent été de mise, de Vinci a prouvé au moins une fois, avec son deltaplane en bambou, qu’il pouvait fabriquer des objets volant pour de vrai. Bref, s’il vivait aujourd’hui, Léonard construirait probablement des tiny houses volantes et des vaisseaux à propulsion ionique pour aller vivre sur Mars. Et on vous parlerait de lui toutes les semaines sur Détours.

    Vous aimerez aussi

    Utilisation des cookies

    Découvrez comment fonctionnent les cookies et comment changer vos paramètres. Si vous continuez à utiliser notre site sans changer vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies sur notre site.

    Votre vote a bien été pris en compte. Revenez demain pour voter à nouveau. Pour savoir si votre candidat préféré fait partie des 5 projets sélectionnés pour le Grand Oral, abonnez-vous à la page Facebook de Détours.

    Votre vote a déjà été pris en compte pour ce projet. Revenez demain pour voter à nouveau.