Écologie : cet avion carbure à la moutarde
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
Detour
Écologie : cet avion carbure à la moutarde
Robin Ecoeur |  04.12.2018
Écologie : cet avion carbure à la moutarde

La compagnie aérienne australienne Qantas a réalisé le premier long-courrier avec un avion alimenté par du biocarburant créé à partir d’huile de graines de moutarde. Résultat : 7% d'émissions de carbone en moins.

Yes huile can. Après 15 heures de vol et 13 000 km au-dessus de l’océan Pacifique, le premier long-courrier entre Los Angeles et Melbourne a atterri sans aucun souci. Mais si ce vol d’apparence lambda fait les gros titres, c’est qu’au lieu de voler avec du kérosène pur, l’engin était alimenté par un biocarburant à base d’huile de graines de moutarde. Ce mélange (10% biocarburant et 90% carburant classique), certes minime, aurait tout de même permis de réduire de 7% les émissions de carbone par rapport au vol habituel.

Force jaune. Pourquoi la moutarde ? Parce que la variété utilisée, la Brassica carinata, pousse facilement à peu près partout et sans être trop gourmande en eau. Elle peut être cultivée sur des terres en jachère ou entre des cycles de culture. Il est aussi possible de presser l’huile seulement quelques jours après la récolte. Ce pétrole peut être utilisé pour alimenter les tracteurs ou vendu pour devenir un biocarburant pour les avions. Car là aussi, ça presse.

Le kérosène est l’un des carburants les plus polluants avec une empreinte carbone 40 fois plus importante que celle d’un TGV par exemple.

Un enjeu planétaire. Il serait, selon Reporterre, responsable de 5% des émissions globales de la planète. Il est donc temps de trouver des alternatives durables et efficaces afin de réduire ces émissions. L’utilisation de biocarburant dans un avion, tout comme celle d’un carburant classique, dégage des émissions de dioxyde de carbone. En revanche, les méthodes qui permettent de le créer sont bien moins énergivores que l’extraction d’énergies fossiles comme le pétrole.

Allo Dijon, on a un problème. D’une part, les quantités de ces biocarburants sont encore insuffisantes pour répondre à toute la demande, que ce soit pour le secteur routier ou aérien (il y aurait plus de 100 000 avions qui décolleraient chaque jour dans le monde). De l’autre, la réglementation actuelle est, pour le moment, plafonnée à 50% de biocarburant pour les avions. Quant à la compagnie Qantas, elle ambitionne d’utiliser une forme de carburant renouvelable pour tous les vols de la compagnie américaine SG Preston au départ de Los Angeles d’ici à 2020. Un bon début.

Australie Avion Biocarburant kérosène

VOUS AIMEREZ AUSSI
Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page
Newsletter

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire