Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat
    2 minutes de lecture

    Écolo, solide et local, adoptez le vélo-bambou

    Le vélo-bambou a créé une nouvelle dynamique économique au Ghana

    Et une super woman de plus ! On connaissait les jeunes ados sud-africaines qui bossent sur le lancement du premier satellite africain, voilà l’entrepreneuse sociale du vélo-bambou !

    Bernice Dapaah est ghanéenne, elle vit au sud du pays, à Kumasi. En 2008, elle a une idée, de celles qui changent des vies : créer son propre prototype de vélo construit en bambou. Le bambou ne manque pas dans la région, les travailleurs(-ses) non plus. La Ghana Bamboo Bike Initiative est née.

    Si l’aventure aurait pu s’arrêter au stade de la PME en bonne santé, la jeune entrepreneuse a d’autres idées en tête, elle veut aller plus loin. Son but à elle, c’est de donner de l’emploi, de stopper l’exode rural et au-delà, de donner de nouvelles opportunités pour les jeunes de son pays. Ainsi, elle décide de créer des ateliers de formation pour former ces jeunes à ouvrir leur propres ateliers aux quatre coins du pays.

    detours-ghana-bamboo-bike2

    Découpe du bambou, assemblage des pièces du cadre au moyen de résine et de sisal (une fibre organique), finitions, décoration, puis ajout des pièces importées ou récupérées (roues, chaîne)… Les jeunes qui partaient hier « à la ville » pour trouver du travail ont une vraie raison de rester.

    « La partie favorite de mon travail est de voir ces jeunes qui sont désormais capables de gagner leur vie. Je me sens si heureuse quand je me rends compte que nous réussissons à leur redonner le sourire », explique Bernice Dapaah, citée par le Guardian.

    Tout est bon dans le bambou

    D’autant que tout le cycle de fabrication est écologique et durable. Le bambou grandit très rapidement, limite l’érosion et produit 30% d’oxygène de plus que le reste des arbres. Il est donc moins difficile à produire, moins polluant et en bout de ligne moins cher que l’acier qui compose les vélos « traditionnels ».

    Aujourd’hui, 35 personnes travaillent pour Ghana Bamboo Bike : 25 assembleurs de bicyclettes et 10 agriculteurs qui plantent et coupent le bambou. 50 nouvelles personnes devraient être employées dans les prochains mois avec l’ouverture de deux nouveaux ateliers.  Les vélos sont aujourd’hui vendus dans le monde entier. Au Ghana, un vélo-bambou s’achète pour 120 dollars. Et la Ghanéenne offre 10% des vélos produits à des enfants qui vivent dans des villages reculés ! Générosité, quand tu nous tiens…

    Et puisque décidément la jeune entrepreneuse ne pensent vraiment qu’aux autres, elle s’est associée avec l’université de Santa Clara en Californie pour créer une batterie solaire permettant aux enfants de bénéficier d’une lampe en rentrant chez eux.

    Résultat : même Ban-Ki-Moon, secrétaire général de l’ONU l’a adopté !

    detours-ghana-bamboo-bike

    Vous aimerez aussi

    Portraits

    Utilisation des cookies

    Découvrez comment fonctionnent les cookies et comment changer vos paramètres. Si vous continuez à utiliser notre site sans changer vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies sur notre site.

    Votre vote a bien été pris en compte. Revenez demain pour voter à nouveau. Pour savoir si votre candidat préféré fait partie des 5 projets sélectionnés pour le Grand Oral, abonnez-vous à la page Facebook de Détours.

    Votre vote a déjà été pris en compte pour ce projet. Revenez demain pour voter à nouveau.