Ils dressent les corbeaux pour ramasser les mégots de cigarettes  
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
Detour
Ils dressent les corbeaux pour ramasser les mégots de cigarettes   
Joseph de Carme |  03.11.2017
Ils dressent les corbeaux pour ramasser les mégots de cigarettes  

Les corbeaux sont des animaux infiniment intelligents. Tellement qu’une startup hollandaise songe à les éduquer pour qu’ils apprennent à ramasser nos mégots de cigarettes.

4500 milliards de mégots par an. Parmi les catastrophes écologiques évitables, les mégots que nous balançons partout, sans vergogne, se posent là… C’est simple, il faut en moyenne douze ans pour qu’un mégot se décompose. Une seule de ces petites horreurs est en mesure de polluer jusqu’à 500 litres d’eau, et comme 4 500 milliards de cigarettes sont fumées en moyenne chaque année dans le monde, ça vous donne une idée de l’étendue du gâchis.

On en parle de temps à autres sur Détours, parce que les initiatives existent (rappelez-vous de ces Lilloises et leur borne intelligente ou de cet Australien et ses routes « goudronnées »), mais là, on doit bien le reconnaître, avec leur idée d’utiliser des corbeaux pour se charger de la sale besogne, les Hollandais à l’origine de la startup Crowded Cities propulsent la lutte à une nouvelle altitude.

Les corbeaux sont connus pour créer et utiliser des outils et inventer des solutions à leurs problèmes. Nos startupeurs se sont donc dit qu’ils pourraient instrumentaliser cette intelligence. Le principe de leur invention repose sur le « CrowBar » (le bar à corbeaux), une machine qui distribue des cacahouètes quand on y dépose un mégot. Le principe est donc d’entraîner les corbeaux à intégrer ce mécanisme.

Dresser les corbeaux. Pour se faire, l’apprentissage se passe en quatre étapes. Lors de la première phase, un mégot et une ration sont posés sur la petite plateforme du CrowBar. L’animal comprend qu’il y a là un bon plan pour manger à l’œil. Au deuxième stade de l’entraînement, la nourriture n’est plus apparente. Elle est distribuée seulement quand l’animal se pose sur la machine. Facile. À la troisième étape, en revanche, les choses se compliquent pour la bête. La machine ne donne plus automatiquement de nourriture quand on s’y pose. Et il y a ce mégot… Logiquement, l’oiseau est décontenancé. Par réflexe, il donne des coups de bec. Lorsque le mégot tombe enfin dans le récipient, par inadvertance, la nourriture est relâchée. Pour peaufiner sa formation, des mégots sont cette fois disséminés dans la zone autour de la machine. Si le corbeau a bien enregistré sa leçon, il attaque le minutieux nettoyage pour faire cracher de la cacahouète à la machine.

En l’état, Crowded Cities s’attèle pour l’instant à entraîner les premiers corbeaux pour voir si cette intuition est jouable, en surveillant notamment de près leur santé, car évidemment, l’idée n’est pas de les sacrifier sur l’autel de la lutte anti-cigarette. Mais si tout ça venait à devenir réalité, il va peut-être falloir penser à réécrire la fable de La Fontaine. Maître Corbeau, sur un arbre perché, tenait en son bec un mégot de cigarette…

Animaux Corbeaux Hollande Nettoyage

VOUS AIMEREZ AUSSI
Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page
Newsletter

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire