Drame pour les automobilistes : partout en France, le 20 km/h s'impose en centre-ville
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
Detour
Drame pour les automobilistes : partout en France, le 20 km/h s’impose en centre-ville
Hilaire Picault |  14/05/2020 00:15
Drame pour les automobilistes : partout en France, le 20 km/h s'impose en centre-ville

Si vous habitez Paris, Strasbourg, Lorient ou Toulouse, préparez-vous à freiner. Voire à descendre de voiture, car avec le déconfinement, l'objectif est de faire place aux piétons.

C’est comment qu’on freine ? Il ne s’agit pas des grands boulevards bien entendu mais de rues déjà limitées à 30 km/h et dont la vitesse maximale tombe cette fois à 20 km/h. C’est par exemple le cas de la rue du faubourg Saint-Denis, dans le 10e arrondissement de Paris, mais les interdictions de rouler se multiplient et ce n’est pas une surprise. Les maires qui prennent cette mesure se multiplient depuis la fin du confinement.

À Strasbourg, cela concerne soudain 8 kilomètres de chaussée dans le cœur de ville. Idem à l’autre bout du pays : tout le périmètre intérieur entre les grands boulevards à Lorient est concerné par ce coup de frein. C’est encore plus marquant à Toulouse où l’on peut compter les rues, quais et allées de “l’octogone” où la limitation ne change pas. Mais pourquoi cette politique se répand-elle ? Pour favoriser les déplacements doux évidemment.

Moins écologique que sanitaire. Dans la presse locale, les maires ne s’en cachent pas : « Ici, les piétons ont la priorité sur les vélos qui ont la priorité sur les autos », clame-t-on à Strasbourg. Près de 130 rues de Lorient sont désormais à 20 km/h qui voit ici la continuité du travail déjà mené. Mais si ce mouvement pro-piéton accélère paradoxalement ces jours-ci, c’est bien pour assurer la sacro-sainte “distance physique”. « Avec la crise sanitaire, explique le responsable des mobilités alternatives de Strasbourg, les gens ne veulent plus se croiser et, dans le même temps, on constate des files d’attente de plus en plus longues devant les commerces sur des trottoirs qui ne sont pas extensibles. » En clair, comme on ne peut élargir les trottoirs et que les transports en commun limitent le nombre de sièges, on multiplie les accès vélos et on fait de la place pour les piétons et la distance d’un mètre de chaque côté.

Zone de rencontre. La mise en place de ces “zones de rencontre” — chaussée partagée où se croisent autant des voitures que des piétons — se fera dans les semaines à venir. Mais il y a de fortes chances qu’elle perdure au-delà de la crise sanitaire. Celle-ci se révèle en effet un accélérateur pour nombre de mesures écolo, boostant les transports doux et réduisant les émissions de carbone. Car oui, à 20 km/h, votre moteur à essence risque de caler au premier coup de frein. Alors qu’un vélo et une voiture électrique, non.

deconfinement Déplacements doux Piéton zone de rencontre

VOUS AIMEREZ AUSSI
Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page
Newsletter

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire
De quelle solution mobilité avez-vous besoin aujourd'hui?
Retour
De quelle solution mobilite avez vous besoin aujourd'hui?
Faites votre choix !