" layout="nodisplay"> Draisy, le train de la SNCF qui veut sauver les petites lignes 
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
Detour
Accueil / Mobilité douce / Draisy, le train de la SNCF qui veut sauver les petites lignes 
Draisy, le train de la SNCF qui veut sauver les petites lignes 
Antoine Gillet |  21/12/2022 19:22
Draisy, le train de la SNCF qui veut sauver les petites lignes 

Grâce à Draisy, le département innovation de la SNCF promet de réduire de moitié les coûts d’exploitation d’une ligne ferroviaire TER. Il y aura en revanche moins de places assises. CQFD.

R & D. Pour redynamiser les petites lignes de train de l’Hexagone, la SNCF a trouvé la solution : l’innovation ! L’entreprise ferroviaire développe actuellement de nouvelles manières de prendre le train et après vous avoir parlé de Flexy, la voiture qui roule sur la route et sur les rails, voici venu Draisy. Ce petit train, à la motorisation électrique, a pour mission de circuler sur les segments de lignes de moins de 100 kilomètres aujourd’hui en péril. Dans les zones rurales et peu denses, Draisy serait utilisé pour redonner vie (et une rentabilité) aux lignes les moins exploitées, mais utiles dans une démarche de service publique.

Trois fois plus petit qu’un TER. En partenariat avec la SNCF, cinq entreprises participent actuellement à la conception et à la construction de Draisy dont l’entreprise alsacienne Lohr. Chargée de la fabrication de cette rame, elle affirme utiliser des technologies et des matériaux issus de l’automobile pour le faire fonctionner. Si aujourd’hui, de nombreux trains sont alimentés par des caténaires, Draisy sera équipé de batteries comme peuvent l’être certaines autos. Ainsi, il pourra circuler sur les lignes non électrifiées grâce à une autonomie de 150 kilomètres.

Avec une capacité de 80 places dont 30 assises, l’intérieur du Draisy est modulable. Au gré des besoins, il peut être converti en véhicule de fret léger pour des livraisons et accueillir des vélos. Long de 12 mètres, il est presque trois fois plus petit qu’un TER et peut rouler à une vitesse maximum de 100 km/h.

Le messie. Ce projet est estimé à 30 millions d’euros ; le prototype devrait être testé en 2024 pour une commercialisation prévue pour 2027-2028. Il sera exploité sur des lignes dédiées, sans mixité avec la circulation ferroviaire, mais il assurera la correspondance avec d’autres trains du réseau SNCF comme les TER. Une fois développé, Draisy trouvera facilement des marchés étant donné qu’un tiers des lignes ferroviaires françaises ont une circulation de moins de 1500 voyageurs par jour. Dépêche-toi Draisy, la France a besoin de toi.

Crédits photo : Lohr

Mobilité douce

VOUS AIMEREZ AUSSI
Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page
Newsletter

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire
De quelle solution mobilité avez-vous besoin aujourd'hui?
Retour
De quelle solution mobilite avez vous besoin aujourd'hui?
Faites votre choix !