Dingue : Paris saluée par Greenpeace pour sa politique de transport durable
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
Detour
Dingue : Paris saluée par Greenpeace pour sa politique de transport durable
LA NOUVELLE MOBILITE S'EXPLORE AVEC
Edité par
LA REDACTION |  02.07.2018
Dingue : Paris saluée par Greenpeace pour sa politique de transport durable

On s'attendrait à une action directe contre les bouchons et les couloirs cyclables mortels. Non, Greenpeace félicite les efforts des villes pour une mobilité plus durable. Parmi elle, Paris.

Claques et applaudissements. Plus personne n’y croyait. Avec le retrait des voitures électriques partagées, les Vélib’ retrouvés n’importe où et la fermeture des voies sur berges, la politique anti-pollution d’Hidalgo pédale dans la semoule. Pourtant, ses efforts tant décriés par certains Parisiens viennent d’être salués par Greenpeace dans une étude sur la mobilité durable dans douze grandes villes françaises.

Globalement, le bilan de l’Hexagone est mauvais. On le savait déjà : la Commission européenne a d’ailleurs assigné la France devant la Cour de justice le mois dernier — après dix ans de réprimandes — pour son manque de mesures pour protéger les citoyens de la pollution. Mais la bonne nouvelle est que Paris, Strasbourg et Nantes semblent sur la bonne voie.

Feu vert. Greenpeace, avec l’appui de l’ONG Réseau action climat, a examiné les actions des villes selon quatre critères : restrictions sur les voitures polluantes, renforcement de l’offre de transports en commun, amélioration du réseau cyclable, et incitation au changement de comportement.

Si Nice et Marseille ont encore tout à faire, Paris se distingue avec ses zones à circulation restreintes et les mesures pour atteindre le zéro diesel d’ici 2025.

Greenpeace félicite aussi ses actions pour encourager les habitants à lâcher le volant : subvention pour les professionnels s’équipant de vélos-cargos et installation prévue de vélos-box pour faciliter le stationnement des bicyclettes dans la capitale. Strasbourg et Nantes sont quant à elles complimentées sur les alternatives en place, avec un réseau cyclable presque exemplaire à l’est et des bus qui desservent bien le territoire de la métropole à l’ouest.

Comme quoi, les soutiens proviennent parfois des personnes les plus surprenantes. Reste à poursuivre les efforts, et à remettre les autres villes sur les rails pour éviter les 48 000 morts prématurées par an dues à la pollution.

Greenpeace Paris Transport en commun

VOUS AIMEREZ AUSSI
Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page
Newsletter

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire