Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    L'INNOVATION S'EXPLORE AVEC

    Edité par

    L'INNOVATION S'EXPLORE AVEC

    Edité par

    Devinez quel pays d’Europe va rendre ses transports en commun gratuit ?

    Dès cet été, les Estoniens ne paieront plus pour voyager en bus et en car à travers tout le pays. Et nous, on est jaloux.

    Sans payer ni frauder. Pendant que nous débattions de la future ouverture à la concurrence de notre rail et de comment résorber sa dette, le reste de l’Europe se demandait s’il fallait encore payer pour rouler. Au début du mois de mai se tenait en effet à Tallinn une conférence sur la gratuité des transports. À cette occasion, Kadri Simson, la ministre des Affaires économiques et des infrastructures estonienne en a profité pour annoncer sa décision de rendre entièrement gratuites les lignes de bus interrégionales à compter du 1er juillet prochain.

    Une annonce pas si surprenante, puisque la capitale estonienne avait déjà choisi la gratuité il y a cinq ans. Depuis 2013, les 450 000 habitants n’ont en effet plus besoin d’acheter de ticket, il leur suffit de se faire enregistrer comme résident pour avoir leur abonnement. Les touristes continuent eux de payer leur billet. L’avantage de ce précédent est d’avoir des chiffres pour décider et, si l’on s’en tient aux déclarations du maire de la ville, cette décision n’a eu que des effets positifs.

    Depuis la gratuité, les bouchons à Tallinn sont moins fréquents, le nombre d’abonnés au bus a fortement augmenté, et les commerces se refont une santé. Le tout sans tousser.

    Rendre plus que la monnaie. Selon la municipalité, cette politique a carrément permis de gagner 20 millions d’euros, pas en profit pur mais bien en impôts évités qui permettent d’autres dépenses pour les contribuables. À court terme par contre, cette gratuité a évidemment un coût, puisque la prise en charge par les collectivités n’équivaudra pas les ventes de tickets. L’État prévoit donc un investissement de 13 millions d’euros de subventions pour éponger ce manque. De son côté, le gouvernement assurera la gratuité des lignes de cars publiques et compte sur les comtés pour l’imiter localement sur ses lignes urbaines, ou au moins de réduire les tarifs.

    Et chez nous ? Si plus d’une trentaine de villes ont déjà instauré la gratuité (dont Castres, Niort, Compiègne ou Dunkerque), Paris n’offre son Navigo qu’à quelque 220 000 Parisiens seniors et en situation précaire. Pour le plus grand nombre le sujet fera l’objet d’une étude… d’ici les prochaines élections municipales. Terminus en 2020 ? Qui vivra verra.

    Vous aimerez aussi

    Portraits

    Votre vote a bien été pris en compte. Revenez demain pour voter à nouveau. Pour savoir si votre candidat préféré fait partie des 5 projets sélectionnés pour le Grand Oral, abonnez-vous à la page Facebook de Détours.

    Votre vote a déjà été pris en compte pour ce projet. Revenez demain pour voter à nouveau.