Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    Devenir télépathe grâce à un simple bonnet, promis c’est pour bientôt

    Ingénieure spécialiste de la réalité virtuelle, Mary Lou Jepsen a monté la startup OpenWater pour créer un bonnet télépathique. Son objectif : révolutionner le partage de connaissances entre les hommes et les ordinateurs.

    Un scanner portable. Le concept d’OpenWater est simple à expliquer : faire tenir la technologie d’un scanner IRM dans un bonnet. En l’équipant d’écrans LCD et d’émetteurs infrarouges, à la place de la résonance magnétique traditionnelle, on va stimuler certaines zones du cerveau et les flux d’oxygène que la startup compte décoder pour reproduire les images auxquelles son porteur pense. Ce surprenant objet connecté permettrait de télécharger nos pensées et de les transférer vers une machine, mais aussi entre deux personnes. Vous voyez l’idée ?

    Transmettre des idées. Ce qu’on appelle l’intelligence augmentée pourrait concurrencer les intelligences artificielles. Un designer pourrait par exemple transférer de sa tête à l’ordinateur une chaise design qu’il imagine pour l’imprimer en 3D.

    OpenWater promet des premiers prototypes de bonnets télépathes d’ici 2018.

    L’idée parait folle mais elle est avancée par une spécialiste émérite : Mary Lou Jepsen est une ancienne ingénieure en charge des recherches en réalité virtuelle chez Oculus, Facebook et Google X, et professeure au prestigieux MIT (Massachusetts Institute of Technology).

    Médecine douce et lavable en machine. Communiquer par télépathie, oui, mais Jepsen veut aller plus loin : transférer des connaissances de cerveau à cerveau de manière non invasive. Avant de faire de nous des super-humains, cette technologie  digne du « choixpeau magique » cher aux fans d’Harry Potter  concentrera d’abord ses efforts sur la médecine.

    Elle-même victime d’une tumeur au cerveau, l’ingénieure est partie d’un constat personnel : le coût de la technologie freine la médecine. En intégrant ces capteurs à un wearable (ou « vêtement connecté »), OpenWater réduit le coût et le temps nécessaires pour passer un IRM. Le suivi en continu permet de traiter les patients en convalescence voire de détecter des maladies neurodégénératives, tumeurs, saignements, mais aussi de mieux comprendre le fonctionnement du cerveau. Le tout sans déplacement à l’hôpital.

    Idées noires ? Comme toute technologie, le bonnet d’openWater s’accompagne de questions éthiques sensibles. Votre partenaire pourrait-il par exemple vous forcer à porter ce bonnet pour lire vos propres souvenirs comme l’avait traité la série d’anticipation Black Mirror ? À méditer en enfilant votre bonnet cet automne.

    Vous aimerez aussi

    Utilisation des cookies

    Découvrez comment fonctionnent les cookies et comment changer vos paramètres. Si vous continuez à utiliser notre site sans changer vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies sur notre site.

    Votre vote a bien été pris en compte. Revenez demain pour voter à nouveau. Pour savoir si votre candidat préféré fait partie des 5 projets sélectionnés pour le Grand Oral, abonnez-vous à la page Facebook de Détours.

    Votre vote a déjà été pris en compte pour ce projet. Revenez demain pour voter à nouveau.