Un pneu vert à base de tomates pourries et de coquilles d’œufs
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
Detour
Un pneu vert à base de tomates pourries et de coquilles d’œufs
LA NOUVELLE MOBILITE S'EXPLORE AVEC
Edité par
LA REDACTION |  21.03.2018
Un pneu vert à base de tomates pourries et de coquilles d’œufs

Ces Américaines ont mis au point un pneu plus respectueux de l'environnement, en remplaçant un agrégat de pétrole dans le caoutchouc par ces déchets recyclés.

Pneu = déchet hélas durable. À part la confédération paysanne, qui trouve encore utile de brûler des pneus ? Personne. C’est même pour cela qu’ils s’entassent dans nos décharges. Il aura même fallu neuf ans à Recyvalor (un organisme regroupant tous les acteurs de la filière pneumatique) pour supprimer les 54 décharges sauvages de pneus, soit 55 0000 tonnes de détritus abandonnés en France. Sauvé ? Pas encore, car chaque mois, Aliapur – l’organisme qui s’occupe de récupérer, recycler et/ou enfouir les « nouveaux déchets pneumatiques » — en prend en charge… 55 000 tonnes.

On s’en doute, faire des balançoires ou des jardinières ne sera pas suffisant. C’est pourquoi les constructeurs cherchent depuis des années à concevoir un pneu « vert », plus facilement recyclable. Au sein de l’université Ohio State de Colombus, on a pris le problème à l’envers : et si les pneus pouvaient retirer des déchets au lieu d’en créer  ? Voici le pneu vert en déchets recyclés.

Demain, déchets = pneu durable. Les recherches de Katrina Cornish et Cindy Barrera consistaient à remplacer un agent de renforcement de l’élastomère par des déchets alimentaires. On l’appelle le « noir de carbone ». Cette sorte de suie épaisse résultant d’une combustion incomplète de matières carbones représente 25% des matières du pneu, ce qui n’est pas rien. À la place, les chercheuses ont utilisé des pelures de tomates qui maintiennent sa résistance car elles restent stables même à haute température, ainsi que des coquilles d’œufs dont la structure poreuse garantit un meilleur contact.

Le pneu “vert” en déchets recyclés, ce sont deux bénéfices en un : réduire la dépendance au pétrole d’une industrie colossale à l’échelle mondiale, et faire que celle-ci participe au recyclage de déchets. La technologie de Cornish & Barrera n’a pas encore reçu son brevet mais à Colombus on envisage déjà son développement commercial à travers la société EnergyEne. Seul point à améliorer, la couleur pas assez sombre qui attire un peu trop les UV ? N’empêche, sachant qu’en France on a produit 624 500 tonnes de tomates en 2016, les imaginer changées en consommables nous donne… la patate.

pneu vert en déchets recyclés

durable Pneu Recyclage Tomate

VOUS AIMEREZ AUSSI
Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page
Newsletter

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire