Dès 2022, l'Europe empêchera les voitures de rouler plus vite que la vitesse autorisée
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
L'EASY MOBILITY CHALLENGE EST DE RETOUR, DECOUVREZ LES START-UP EN COMPETITION ICI
Detour
Dès 2022, l’Europe empêchera les voitures de rouler plus vite que la vitesse autorisée
LA NOUVELLE MOBILITE S'EXPLORE AVEC
Edité par
LA REDACTION |  21/11/2021 21:10
Dès 2022, l'Europe empêchera les voitures de rouler plus vite que la vitesse autorisée

Retenez bien cette date : juillet 2022. D'ici quelques mois, l'Europe imposera un système d’adaptation intelligente de la vitesse sur tous les nouveaux véhicules. Un dispositif aussi novateur qu'inquiétant, selon le point de vue duquel on se place.

Bientôt la mort des radars ? Imaginez la scène : vous voilà lancé sur l’autoroute à 135 km/h. Soudain, votre voiture décélère automatiquement pour repasser en dessous de la vitesse maximum autorisée. Votre pied continue d’appuyer sur la pédale, et pourtant, rien à faire : l’automobile a pris le contrôle. Est-ce là le synopsis d’un film de science-fiction ? Point du tout. Discrètement, mais sûrement, l’Europe – via l’European Transport Safety Council – avance son projet au nom de code sans équivoque : Intelligent Speed Assistance (ISA). Soit une technologie bientôt imposée en série sur toutes les voitures.

Une régulation en deux temps. Le limitateur de vitesse intelligent dont il est ici question est le fruit de plusieurs années de réflexion sur le taux de mortalité routière, et il vient répondre à cette grande interrogation : pourquoi les constructeurs permettent-ils d’aller plus vite que la vitesse autorisée ? Outre la notion de liberté individuelle – et le fait que les vitesses maximum autorisées ne sont pas les mêmes d’un pays à l’autre – les décideurs semblent avoir tranché : désormais, chaque conducteur dépassant la limite se verra imposer un frein automatique fonctionnant “en réduisant la puissance de propulsion et le couple de transmission du véhicule”. Tout le monde, pour résumer, conduira une voiture bridée. Un premier pas, indirectement, vers la voiture autonome. Pour cela, les GPS embarqués, les caméras de contrôle et la géolocalisation constitueront le bras armé de l’ISA.

Première date à retenir : juillet 2022 pour l’entrée en application sur les nouveaux véhicules (qu’il s’agisse de voitures, d’utilitaires ou de poids lourds). Et la seconde : juillet 2024 ; date à laquelle l’ensemble des véhicules sera concerné.

0 mort en 2050. Qu’on soit dans le camp des récalcitrants (effrayés par la prise de contrôle des voitures par des ordinateurs) ou dans celui des défenseurs de ladite loi, difficile de critiquer cette mesure dont l’objectif est, rappelons-le, de réduire le nombre de morts sur les routes européennes. Le super-limiteur de vitesse dont il est ici question vise à arriver au chiffre symbolique de 0 mort en 2050, dans le cadre d’un plan européen nommé Vision zéro. Avec l’ISA, les autorités estiment qu’on pourrait faire chuter la mortalité de 20% sur le vieux continent. Une personne sur cinq, en somme.

Deux “bonnes” nouvelles néanmoins, pour celles et ceux qui auraient envie de s’insurger : l’ISA pourra être désactivé par l’utilisateur, et les modèles antérieurs à 2022 ne semblent pas concernés par l’automatisation. Trois ans après la naissance du mouvement Gilets jaunes, les principales victimes d’un tel dispositif pourraient bien être les radars, n’en déplaise à l’Etat. Se faire flasher pour excès de vitesse ? Bientôt un acte complètement anachronique.

Deja demain Sécurité routière

VOUS AIMEREZ AUSSI
Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page
Newsletter

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire
De quelle solution mobilité avez-vous besoin aujourd'hui?
Retour
De quelle solution mobilite avez vous besoin aujourd'hui?
Faites votre choix !