Demain, des remorques sans chauffeur vous emmèneront en vacances
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
Detour
Demain, des remorques sans chauffeur vous emmèneront en vacances
Robin Ecoeur |  28.09.2018
Demain, des remorques sans chauffeur vous emmèneront en vacances

La startup "Symone" y croit très fort : elle veut développer des plateformes autonomes qui feront le trajet à votre place. Il suffira de mettre sa voiture dessus et de profiter du voyage.

Rouler à l’arrêt. Quatre Dijonnais sont en train de lancer un nouveau concept de plateformes autonomes et électriques (batteries ou piles à hydrogène) qui font le trajet à votre place. « On veut inventer une nouvelle solution de mobilité », lance Romain Coispine, l’un des fondateurs. C’est un peu comme si vous tombiez en panne et qu’une dépanneuse venait mettre votre véhicule sur une remorque. Sauf qu’avec Symone, le but est simplement ne pas se fatiguer lors d’un long trajet.

Mode d’emploi avant de ne rien faire : L’automobiliste se rend sur une aire d’autoroute. Là, il monte sa voiture sur la plateforme autonome, préalablement réservée via l’application. Ensuite, il n’y a plus qu’à se reposer puisque la remorque Symone réalise le trajet à votre place jusqu’à l’aire d’autoroute la plus proche de votre destination. Le conducteur peut ensuite finir les derniers kilomètres, la tête reposée par un trajet sans effort.

Trajets plus sûrs et moins chers. « Le prix sera calculé en fonction du nombre de kilomètres effectués et ne dépassera pas le coût d’un trajet en voiture », assurent les Dijonnais au Journal du Palais. Sur le papier, le conducteur est gagnant : moins de frais d’essence, des économies sur l’usure du véhicule et un gain de temps pour travailler, dormir ou passer du temps en famille. On évitera aussi les pauses toutes les deux heures pour se prendre un café vite fait afin de ne pas s’endormir au volant, et autant d’accidents.

Pour l’instant, le concept est encore en phase de développement. Au-delà de la réglementation, le défi de du véhicule autonome est large : « Ça regroupe des thématiques liées à la sécurité routière et à l’environnement donc on espère trouver des partenariats pour développer le projet », détaille Romain. Symone espère pouvoir faire un premier test d’ici trois à quatre ans. Ne reste plus qu’à lever des fonds, avant de pouvoir lever des voitures.

NB : Visuel de une non contractuel.

Autoroute Sécurité routière startup

VOUS AIMEREZ AUSSI
Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page
Newsletter

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire