Et si demain les délinquants étaient jugés par des robots ?
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
Detour
Et si demain les délinquants étaient jugés par des robots ?
LA NOUVELLE MOBILITE S'EXPLORE AVEC
Edité par
LA REDACTION |  30.10.2017
Et si demain les délinquants étaient jugés par des robots ?

Face à certaines aberrations de la justice actuelle, l’hypothèse qui placerait un algorithme à la tête du tribunal est de plus en plus évoquée.

Science (in)exacte. Une erreur judiciaire peut se jouer sur d’infimes détails. Parmi ceux-ci, et le plus courant, l’erreur mathématique. Comme l’indique le CNRS, « derrière l’objectivité des chiffres avancés dans certaines affaires judiciaires se dissimule parfois une utilisation mal maîtrisée ou dévoyée des maths ».

De fait, pour incriminer (ou innocenter) un suspect, la justice a fréquemment recours aux statistiques et probabilités, avec plus ou moins de réussite. Selon Leila Schneps, mathématicienne, la raison de cette efficacité partielle, « c’est que les uns et les autres utilisent ou interprètent les calculs et les chiffres d’une manière à étayer l’opinion qu’ils ont déjà ». Outre l’inexactitude de certains calculs, un autre problème récurrent apparaît : la subjectivité. Ça tombe bien, les scientifiques ont sorti de leur manche un nouvel algorithme, impartial (car dénué de toute sensibilité) et à priori plutôt doué avec les chiffres.

79%. En 2016, des chercheurs de l’University College London ont fait analyser par leur intelligence artificielle 584 jugements de la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH). Résultat : celle-ci a rendu un jugement similaire (donc correct) à celui des juges dans 79% des cas. Dans leur rapport publié dans la revue PeerJ, les chercheurs expliquent que les juges de la CEDH privilégient des jugements aux cas par cas à une application stricte de la loi. C’est ici que le robot prend tout son sens. Il pourrait être utilisé de manière simple par la justice pour analyser textes et jurisprudence rapidement, avec un risque zéro.

Le robot-juge pourrait être d’une aide providentielle pour la Justice, qui est aujourd’hui submergée d’affaires.

Du monde à la cour. Le robot-juge pourrait être d’une aide providentielle pour la Justice, qui est aujourd’hui submergée d’affaires. En septembre 2016, 74 150 affaires étaient encore en attente de jugement à la CEDH. Des chiffres impressionnants, certes, mais qui pourraient diminuer à vue d’œil suite à l’utilisation d’une intelligence artificielle capable de lire tous les documents liés à l’affaire et de les comparer aux textes de loi avant de rendre son verdict en quelques minutes, sans que les facteurs de la fatigue ou de l’émotion n’entrent en compte. Et ce en comprenant  pour le moment  toutes les subtilités morales, avec un taux de précision de 79%.

À retrouver dès maintenant sur My Canal, la série The Night Of, un remake hautement addictif de la mini-série britannique Criminal Justice, par Richard price (The Wire) et Steven Zaillian (Golden Globe et Oscar du meilleur scénario pour La liste de Schindler).

intelligence artificielle justice Robot

VOUS AIMEREZ AUSSI
Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page
Newsletter

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire