Dans ces villes, les cyclistes ont le droit de "griller" les feux rouges
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
Detour
Dans ces villes, les cyclistes ont le droit de “griller” les feux rouges
Robin Ecoeur |  13/01/2021 10:01
Dans ces villes, les cyclistes ont le droit de "griller" les feux rouges

Dans plusieurs villes françaises comme Toulouse, Lyon ou Paris et plus récemment à Genève en Suisse, des panneaux autorisent les vélos à passer alors que le feu est rouge. Tout en laissant la priorité aux piétons. Ce dispositif n’est pas nouveau, mais de plus en plus de municipalités en autorisent l’usage.

S’il y a le panneau, on peut passer. Le boom du vélo, notamment après le premier confinement, est en train de remodeler les villes, ainsi que la manière dont les voitures, les bus, les deux-roues et autres engins de micro-mobilité interagissent. L’augmentation du nombre de cyclistes a obligé le gouvernement et les municipalités à prendre des mesures (pistes cyclables, aide à la réparation d’un vélo, etc.). Pour continuer à démocratiser l’usage du vélo, qui augmente d’ailleurs l’espérance de vie (oui, oui), de « nouveaux » panneaux sont apparus ces derniers temps, notamment à Toulouse et à Genève. Ils permettent aux cyclistes qui attendent à un feu rouge de passer si la voie est libre.

Dans la ville rose, ce sont des « petits panneaux triangulaires nommés M12 en forme de cédez-le-passage, comme l’écrit France Bleue. Si la voie est dégagée, le cycliste peut passer un croisement ou continuer sur une allée en toute sécurité. » En somme, il permet aux cyclistes de considérer le feu tricolore comme un cédez-le-passage. « Au démarrage d’un feu rouge, nous mettons du temps à s’élancer par rapport à une voiture. Passer au rouge dans certains cas nous laisse donc une marge de manœuvre plus sereine », explique Boris Koslow, président de l’association 2 pieds 2 roues. À Toulouse, environ 700 emplacements sont à l’étude pour décider de l’implantation ou non d’un de ces panneaux.

La ville française n’est cependant pas la première à les installer. Lyon en possède déjà 1 153 selon Lyon Capitale, soit un carrefour à feu sur trois. Paris a commencé à les installer en 2013 et ils ont même été généralisés sur l’ensemble des « zones 30 ». Un peu partout en France ces dernières années, les municipalités ont commencé à afficher cette signalisation, comme Bourg-en-Bresse, Bourges ou encore Laval et Tours.

La Suisse embraye le pas. En Suisse, qui vient d’autoriser cette pratique, la signalisation est un peu différente, tout comme sa signification. Cette dernière, montrant un vélo et une flèche, donne le droit aux cyclistes de bifurquer à droite quand le feu est rouge. Selon La Tribune de Genève, une centaine de croisements sont concernés, mais uniquement ceux avec un panneau donnent l’autorisation de passer au rouge. Ces derniers sont en cours d’installation dans la ville. « Cette nouvelle réglementation est positive. On perd moins de temps inutilement au feu rouge. C’est une bonne chose que le Code de la route s’adapte aux spécificités cyclistes », indique une jeune femme au journal suisse. Le fait de dissocier le démarrage des véhicules motorisés à celui des deux-roues permettrait donc d’augmenter la sécurité. 

Comme tous les carrefours ont leurs particularités, l’implantation d’un panneau se fait « au cas par cas » pour un maximum de sécurité. Mais il devient de plus en plus courant. Un dispositif à connaître pour mieux circuler à vélo en ville et fluidifier la circulation.

Code de la route feux circulation vélo

VOUS AIMEREZ AUSSI
Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page
Newsletter

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire
De quelle solution mobilité avez-vous besoin aujourd'hui?
Retour
De quelle solution mobilite avez vous besoin aujourd'hui?
Faites votre choix !