Ce cube transforme l’air le plus aride en eau potable
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
Detour
Ce cube transforme l’air le plus aride en eau potable
Joseph de Carme |  26.04.2017
Ce cube transforme l’air le plus aride en eau potable

Des scientifiques ont inventé une machine révolutionnaire qui pourrait sauver des millions de vie.

Ce n’est plus une nouvelle pour personne, la planète se réchauffe à vitesse grand V. Une situation d’autant plus catastrophique que deux tiers de la population mondiale souffrent déjà de difficultés pour accéder à l’eau potable. Jusque là, la solution consistait à dessaler de l’eau de mer (un processus long et coûteux) mais c’est là qu’une équipe de scientifiques américains venus du MIT et de Berkeley tombe à point nommé. Ces cracks de la science ont inventé la « moissonneuse à énergie solaire ».

“Elle produit trois litres d’eau en douze heures.”

Derrière ce nom extravagant se cache en fait une boite qui capture l’air ambiant, le condense et en extrait les particules d’eau qui sont rendues à l’état liquide et utilisable. Côté fonctionnement, l’engin repose en fait sur l’utilisation de métaux divers qui assurent le processus en séparant les différentes particules de l’air pour en isoler l’hydrogène.

À boire, tout de suite ! Qu’on s’entende, la moissonneuse n’est pas à l’état de projet. La machine marche vraiment. Testé dans des conditions avec seulement 20 ou 30% d’humidité, soit ce qui s’apparente à un désert, l’appareil a été en mesure de produire trois litres d’eau en douze heures. C’est déjà énorme et les équipes ne cachent pas que le dispositif est largement améliorable.

Paré pour le désert. Alimenté par l’énergie solaire, l’engin est ainsi parfaitement autonome. Et il est aussi en mesure de stocker l’eau. « Nous voulions démontrer que si vous étiez quelque part dans le désert, vous pourriez survivre grâce à cet appareil. Une personne a besoin d’au moins une bouteille d’eau par jour. C’est ce que nous pourrions collecter en moins d’une heure avec ce système », a ainsi expliqué Omar Yaghi, l’un des leaders de cette recherche à la revue Nature. Une affaire qui promet de joyeux open bars à la flotte dans le Sahara.

Aridité Eau Ocean

VOUS AIMEREZ AUSSI
Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page
Newsletter

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire