Covid-19 : 1 garagiste sur 3 pourrait mettre la clef sous la porte en 2021
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
Detour
Covid-19 : 1 garagiste sur 3 pourrait mettre la clef sous la porte en 2021
LA NOUVELLE MOBILITE S'EXPLORE AVEC
Edité par
LA REDACTION |  07/01/2021 10:52
Covid-19 : 1 garagiste sur 3 pourrait mettre la clef sous la porte en 2021

Touché comme tous les secteurs par le coronavirus et ses répercussions, le monde automobile n'en finit pas de compter ses blessés. Parmi eux, les garagistes, victimes collatérales de décisions gouvernementales parfois paradoxales.

Garage cherche assistance. 400 000, c’est le nombre de salariés dépendant du secteur automobile en France, soit près de 130 000 entreprises touchées de plein fouet en 2020 par les confinements et déconfinements successifs avec, à la clef, des carnets de commandes en panne sèche. Outre les constructeurs, fournisseurs et autres concessionnaires, les garagistes furent en première ligne pour affronter la marée Covid-19. Une étude menée par le comparateur de garages Vroomly montre aujourd’hui qu’un tiers serait menacé de fermeture. Un chiffre effarant, et presque équivalent au nombre de restaurants ne pouvant pas rouvrir au sortir de la crise.

Les raisons sont simples. Considérés comme “des commerces essentiels” par le gouvernement (à raison), les garages français ont dû affronter le confinement de leurs principaux clients : les Français. Conséquence directe : un nombre de rendez-vous parfois en baisse de 50% et des garages tournant souvent à vide, poussant ainsi les TPE (2 à 3 salariés par garage) à puiser dans les trésoreries.

atelier, industrie, véhicules, personnes, garage, travail, technicien, homme

Deuxième point révélé par l’étude : comme de nombreux secteurs, les garages ont pu parfois bénéficier d’aides gouvernementales. Mais bémol, seuls 17% d’entre eux ont pu y avoir accès. « Et dans le tiers des garages qui l’ont demandé, beaucoup ont essuyé des refus parce qu’il y avait une certaine complexité dans le dossier, explique Alexis Frerejean, le directeur de Vroomly. Finalement, ça a donné très peu de garages éligibles aux prêts garantis par l’État », ajoute Alexis Frerejean. Au final, le secteur pourtant nécessaire à l’ensemble de la population pourrait être amputé de 30% de son parc, compliquant ainsi un peu plus le quotidien des Français pour qui la voiture reste un outil indispensable pour les déplacements professionnels, notamment dans les zones mal desservies par les transports en commun.

Photos gratuites de accident, activités, adulte

Quid des prêts garantis par l’État ? Là encore, les garagistes sont dans une zone grise. Une majorité semble avoir préféré décliner l’offre afin de ne pas alourdir une trésorerie déjà à la peine – chaque prêt devant être naturellement remboursé à moyen terme. Dans un contexte d’économie générale pour chaque foyer, certaines réparations ont également été repoussées à plus tard, pour “les beaux jours”. De quoi s’interroger franchement sur la survie d’un secteur qui devrait, si rien n’est fait, demander rapidement assistance et réparations. Un comble, pour les garagistes.

coronavirus Garagistes

VOUS AIMEREZ AUSSI
Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page
Newsletter

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire
De quelle solution mobilité avez-vous besoin aujourd'hui?
Retour
De quelle solution mobilite avez vous besoin aujourd'hui?
Faites votre choix !