Coup de tonnerre chez Uber : l’État pourrait requalifier les chauffeurs français en salariés
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
Detour
Coup de tonnerre chez Uber : l’État pourrait requalifier les chauffeurs français en salariés
LA NOUVELLE MOBILITE S'EXPLORE AVEC
Edité par
LA REDACTION |  04.03.2020
Coup de tonnerre chez Uber : l’État pourrait requalifier les chauffeurs français en salariés

Ce mercredi 4 mars, c’est un arrêt de la Cour de cassation qui a agi sur le leader du VTC comme une douche froide. La Justice française a pour la première fois requalifié un chauffeur dit « indépendant » en salarié de l’entreprise américaine. Une décision qui pourrait en appeler d’autres.

Jusque-là, le terme « uberiser » désignait la paupérisation des conditions de travail des employés du nouveau monde ; la critique portant sur le mode de rémunération de ces jeunes travailleurs payés en tant que freelance, avec ce que cela suppose de charges sociales en moins à payer pour le client (dit tacitement « employeur »). Mais il se pourrait bien que demain, le même mot ne signifie plus la même chose. Via son compte Twitter officiel, la Cour de cassation vient de requalifier un chauffeur français en tant que salarié d’Uber, en argumentant qu’il existait un lien de subordination et que la liberté dudit chauffeur était entravée par le prix fixé pour chaque course par le géant américain. De quoi faire chavirer tout un modèle économique.

La Cour de cassation induit ainsi une jurisprudence qui pourrait faire mal à Uber : derrière le chauffeur requalifié en salariat, ce sont des dizaines de milliers d’autres taxi drivers (28 000 au total selon BFMTV) qui pourraient bientôt prétendre à un contrat de travail traditionnel. Alors que, selon les derniers chiffres, chacun gagne environ 9 euros de l’heure (pour un revenu net mensuel de 1617 euros par mois), une requalification agirait dès lors comme une onde de choc.

Résultat de recherche d'images pour "uber chauffeur"

Hasard des calendriers, cette décision intervient alors qu’une étude révèle qu’une course en VTC serait 47% plus polluante qu’un trajet avec sa propre (sic) voiture. Comparé à un voyage individuel dans une voiture électrique, c’est encore pire : +79% d’émissions de dioxyde de carbone.

Autant de mauvaises nouvelles qui pourraient plomber les comptes de l’entreprise américaine. À moins que la levée de fonds d’un milliard de dollars voilà un an dans le département R&D d’Uber consacré aux voitures autonomes ne lui permette d’enclencher la phase 2 de son développement : des taxis propres sans chauffeurs (et donc, sans salariés). Attention, monde moderne en approche, merci de noter votre trajet à la fin du voyage.

Droit uber

VOUS AIMEREZ AUSSI
Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page
Newsletter

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire
De quelle solution mobilité avez-vous besoin aujourd'hui?
Retour
De quelle solution mobilite avez vous besoin aujourd'hui?
Faites votre choix !