Coronavirus : énorme coup de frein pour tous les transports en commun
LA NOUVELLE MOBILITÉ S’EXPLORE AVEC
Detour
Coronavirus : énorme coup de frein pour tous les transports en commun
LA NOUVELLE MOBILITE S'EXPLORE AVEC
Edité par
LA REDACTION |  26/03/2020 10:49
Coronavirus : énorme coup de frein pour tous les transports en commun

À compter de ce jeudi 26 mars, prendre le train, le métro ou même l’avion devient quasi une mission impossible en France. La faute au coronavirus, bien évidemment.

40 TGV par jour. Tous les jours, l’avenir s’obscurcit un peu plus pour les transports publics français. Alors que l’ombre d’un confinement prolongé plane sur 67 millions de têtes, l’ensemble des opérateurs publics semble s’être mis au diapason pour réduire encore un peu plus leurs activités. À commencer par le plus célèbre d’entre eux, la SNCF, qui a annoncé que le trafic ferroviaire sera assuré à seulement 7% dès ce week-end. C’est 50% de moins que ce qui était assuré jusque-là, et cela représente une quarantaine de TGV par jour. « Nous avons réduit progressivement l’offre, à environ 15% de l’offre habituelle, et nous continuerons à réduire cette offre ce week-end », explique le secrétaire d’État aux Transports, Jean-Baptiste Djebbari. Moralité, OuiGo, l’offre low cost du groupe, va également être stoppée. Quant aux Intercités, ne comptez que sur un aller-retour par jour et par destination.

Service minimum contre pertes maximum. Même son de cloche à la RATP, où l’activité sera drastiquement réduite dès ce jeudi avec une cinquantaine de stations fermées et l’arrêt des RER et métros à 22h. Au total, l’opérateur indique que le trafic sera assuré à seulement 30% ; ce qui en soi n’est pas surprenant compte tenu de la chute importante du nombre d’utilisateurs depuis le début du confinement. L’objectif pour la RATP est actuellement de concentrer ses forces sur les stations les plus empruntées (les « hubs », ou plaques tournantes comme Châtelet) afin de garantir un service minimum sans pour autant fonctionner à plein régime. Il faudra à ce titre rapidement faire le bilan des crises successives, des grèves de décembre à la pandémie COVID-19, afin de mesurer l’étendue des dégâts pour les opérateurs publics.

Seuls transports épargnés : les bus et les trams. En revanche côté aviation, ça se complique encore davantage avec une fermeture temporaire des lignes commerciales à Orly à compter du 31 mars au soir.

« Nous sommes en guerre », aimait à répéter Emmanuel Macron dans son allocution du 16 mars 2020. Il ne croyait pas si bien dire. À compter d’aujourd’hui, c’est une crise sans précédent qui s’ouvre pour les transports et leurs usagers. Et il n’est pas certain que les contrôles en gare, à compter de ce vendredi 26 mars, aideront à détendre l’atmosphère. L’objectif ? S’assurer que les Français ne prennent pas le peu de trains qui restent pour partir en week-end ou échapper au confinement. « Seuls les passagers munis d’un billet, de leur attestation de déplacement dérogatoire et d’un justificatif de déplacement pourront monter à bord », a expliqué la SNCF. Le #RestezChezVous est plus que jamais de circonstance.

 

coronavirus RATP SNCF Transports en commun

VOUS AIMEREZ AUSSI
Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

Une rédac curieuse et avide de vous faire découvrir la mobilité sous un autre jour

voir la page
Newsletter

Newsletter

Chaque semaine, 1 minute pour vous faire découvrir le meilleur de la mobilité

Contact

Contact

Envoyez-nous vos projets, idées, remarques ou juste un bisou

nous ecrire
De quelle solution mobilité avez-vous besoin aujourd'hui?
Retour
De quelle solution mobilite avez vous besoin aujourd'hui?
Faites votre choix !