Les réseaux sociaux
  • Oops! Aucun résultat

    Contrôler toute la maison grâce à.. euh… un slip

    Pour maîtriser le chauffage de sa maison au doigt et à l’œil, Amazon a développé Alexa, Google a inventé Google Home et Myant a fabriqué… des sous-vêtements. On n’imaginait pas que l’innovation mettrait à ce point le paquet.

    Allô, chauffage ? Ici le slip. Voilà à peu près ce qu’il se passe lorsque Skiin, le sous-vêtement connecté, prend votre température. Avec ses six capteurs, il mesure votre rythme cardiaque et enregistre plusieurs paramètres tels que la masse graisseuse ou le niveau d’hydratation. Une fois tous ces paramètres récoltés, il dialogue avec un chauffage connecté afin que celui-ci s’adapte à la température ambiante qu’il vous faut.

    250 € le slip. Sur le papier, c’est cool, certes. Mais plusieurs éléments viennent entacher la belle histoire qu’aurait pu être celle du slip connecté imaginé par la startup canadienne Myant. Tout d’abord, son prix. 250 euros la culotte, ça fait mal. Puis, des interrogations diverses. Est-ce confortable ? Ne serait-ce pas dangereux pour les parties intimes du porteur de se retrouver, à longueur de journée, confrontées à des ondes bluetooth (ou Wi-Fi) ? Auquel cas, le crédo un brin présomptueux de la marque, qui entend « créer une présence numérique continue pour mieux connecter, améliorer et protéger l’humanité » serait quelque peu… antinomique. De fait, l’innovation de Myant cristallise parfaitement les problématiques actuelles liées aux objets connectés qu’on porte sur soi (dits wearables dans la langue de Justin Bieber)


    Les objets connectés sont imparfaits. Pour preuve, selon un dossier conçu par les professionnels de l’organisation Designers Interactifs, seulement 33% des Français possèdent un wearable, et seuls 16% en ont plusieurs. Quant à la domotique, elle ne représente que 17% de ces objets – loin derrière le loisir et ses 48% de part.

    En même temps, quand on jette un oeil aux éventuels leviers d’amélioration, 52% des sondés réclament des prix plus attractifs et 18% une meilleure information quant à l’objet acquis. Enfin, un dernier problème demeure : les objets connectés ne garantissent pas de réels « bénéfices en matière de santé, l’une des attentes du grand public », comme l’expliquait récemment le cabinet GFK dans une étude menée sur les consommateurs français. La question qui se pose désormais est donc de savoir si les wearables arriveront à outrepasser la croyance collective qui les considère comme gadgets. Et avec Skiin, c’est pas gagné.

    ​_

    Vous aimerez aussi

    Utilisation des cookies

    Découvrez comment fonctionnent les cookies et comment changer vos paramètres. Si vous continuez à utiliser notre site sans changer vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies sur notre site.

    Votre vote a bien été pris en compte. Revenez demain pour voter à nouveau. Pour savoir si votre candidat préféré fait partie des 5 projets sélectionnés pour le Grand Oral, abonnez-vous à la page Facebook de Détours.

    Votre vote a déjà été pris en compte pour ce projet. Revenez demain pour voter à nouveau.